Avis : Beyond the Night (Envy Chronicles/Les Amants de l’Apocalypse 1) de Joss Ware

Synopsis : Un homme sans futur…
Quand le docteur Elliott Drake se réveille d’un mystérieux sommeil de 50 ans, le monde qu’il connaissait n’existe plus. Les villes sont en ruines et la civilisation est contrôlée par des immortels très dangereux. Plus étrange encore est le « don » extraordinaire d’Elliott… il a le pouvoir de guérir mais il y a un prix à payer à chaque fois.
Une femme avec un passé….
Jade a échappé de justesse aux immortels et fera tout pour se venger. Elle ne fait confiance à personne… mais c’était avant de rencontrer Elliott. Son regard perçant et son contact séduisant créent une brèche dans ses défenses. Mais le charmant docteur semblent lui-même avoir un terrible secret. Peut-elle vraiment lui confier son cœur ?
S’ils veulent survivre dans ce nouveau monde très sombre, Jade et Elliott devront unir leurs efforts pour lutter contre une force qui les mènera au-delà du danger. Au-delà du désir. Au-delà de nuit.

 

Avis : Faire lire de la romance paranormale à quelqu’un qui n’en est pas fan, il fallait bien tout le talent de Colleen Gleason, alias Joss Ware, pour y arriver. Premier atout de taille : le changement de décor qui est, pour le moins que l’on puisse dire, radical quand on connaît les Chroniques des Gardella. Adieu robes froufroutantes et créatures de la nuit aux dents acérées. Bienvenue dans le monde d’Envy où le danger assaille les hommes de toutes parts et où il faut se frayer un chemin entre les gangas (les zombies locaux), les strangers, les chasseurs de primes, les animaux sauvages et les phénomènes climatiques violents. L’auteur a réussi à créer un univers post-apocalyptique particulièrement fouillé où le lecteur mène en quelque sorte l’enquête en même temps qu’Elliott pour comprendre quelle succession d’événements a pu changer le monde pour le rendre si hostile. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’histoire est principalement racontée de son point de vue à lui dans un premier temps, avant que d’autres voix viennent se mêler à la sienne par la suite. L’intrigue est vraiment axée en priorité sur l’aventure et c’est une bonne chose car il y a vraiment beaucoup de choses à découvrir et c’est tout simplement passionnant. Tout a changé et on se retrouve, comme Elliott, à confronter nos connaissances d’un passé familier depuis longtemps disparu aux nouvelles règles qui régissent ce monde. La population est globalement jeune et les survivants du temps d’avant le changement sont rares et souvent pris pour des fous. Bien qu’il s’agisse majoritairement d’un récit de science-fiction, certains phénomènes non-expliqués (les « dons » des héros notamment) laissent penser qu’il s’y mêle aussi une part de fantastique. Il faudra sans aucun doute lire la suite pour en savoir plus. Quoiqu’il en soit, c’est vraiment un univers très riche qui ne demande qu’à être exploré et qui recèle encore de bien des mystères.

 

Alors bien sûr, à côté de ça, il y a l’aspect romance. Elliott est beau et musclé, prêt à défendre la veuve et l’orphelin quitte à y laisser la vie et bien sûr il embrasse comme un dieu. Face à lui, Jade est une femme forte qui a pris son destin en main et qui ne se laisse dicter sa conduite par personne. Elle détient certaines clés de l’intrigue mais il faudra d’abord gagner sa confiance pour en savoir plus. Cependant, la romance reste légère pendant la plus grosse partie du livre, on ne ressent pas trop ce côté obsessionnel à vouloir se sauter dessus malgré les quelques allusions des deux protagonistes. Il faut dire que l’histoire assez sombre ne s’y prête pas vraiment non plus et pour rester crédible, il était difficile d’amorcer des galipettes quand une horde de zombies est à votre poursuite. Impossible néanmoins d’échapper à quelques brefs moments d’intimité assez intenses qui restent de bon goût grâce aux qualités d’écriture de l’auteur. Ils auront sans doute l’effet attendu sur le public cible et les autres que l’intrigue intéresse plus ne seront pas trop perturbés. L’auteur en profite, dès la 2ème moitié du livre, pour amorcer les romances des 2 tomes à venir. Rappelons en passant que les 3 tomes sont sortis coup sur coup à 1 mois d’intervalle en 2010. Ce qui n’est pas un mal car, décidément, cette Joss Ware a un talent fou et il est très difficile de se retenir d’entamer Embrace The Night Eternal dans la foulée pour savoir ce qu’il va advenir de nos héros et héroïnes qui respirent bon le charme et le mystère. Petite mention spéciale à Lou, le geek, dont le regard pétille d’humour et dont le savoir éclaire bien souvent la lanterne du lecteur.

 

Avec un style fluide mais travaillé, de l’action, de l’amour, une pointe d’humour et surtout de terribles secrets, le tout impeccablement dosé, Beyond the Night est une vraie bonne surprise, à 1000 lieues de là où on pouvait attendre Joss Ware. Ce premier tome est un quasi sans faute qu’il est impossible de reposer une fois ouvert. Il faudra juste lui pardonner son titre et sa couverture qui ne sont pas forcément très vendeurs. Comme quoi, il vaut mieux parfois s’abstenir de juger un livre à sa couverture et faire confiance à l’auteur.

Note :

Remarque : La série sortira chez J’ai Lu collection Crépuscule à partir de 2011.

4 thoughts on “Avis : Beyond the Night (Envy Chronicles/Les Amants de l’Apocalypse 1) de Joss Ware

  1. Et bien, cela donne envie de le lire ! L’univers a l’air très intéressant et rien qu’à lire le résumé et ton avis, on a envie de sauter sur le livre pour savoir ce qui s’est passé et quels évènements ont amené à cette situation ! :D

    Je crois qu’il va falloir que je me penche un peu plus sur cet auteur, entre cet avis et les chroniques de Gardella qui me titillent depuis un moment…

  2. Au départ, j’ai cru que tu lisais le Harlequin du défi à cause de la couverture…comme quoi ça peut tout flinguer une mauvaise couverture.

Comments are closed.