Fin de Saison 2009-2010 – 2ère partie

Avis en série

Fringe (223 – FOX – 8.7)

Avis : J’étais déjà moyennement convaincue par la saison 1 et la saison 2 a démarré assez platement au point que j’ai laissé les épisodes s’accumuler sans remord. Après un marathon de 10 épisodes, je dois dire que ça passe mieux quand on peut noyer les épisodes plus que moyens dans la masse. Je reconnais que la série à quelques bons moments et quelques très bonnes idées mais en général je suis déçue par le résultat. Soit on l’a vu venir de loin, soit c’est moins impressionnant que ce que laissait imaginer la façon de l’amener. Bref, je ne suis toujours pas en phase avec JJ sur ce coup et je m’amuse plus quand je trouve une connexion avec quelque chose d’extérieur : une référence à Lost par-ci, un acteur connu par là. En tout cas, la série y gagne en intérêt à mettre l’accent sur Walter. Je comprends qu’on veuille lui donner des prix d’interprétation cette année.
Bilan de la saison : Papatte A priori oui, on verra à quel rythme.

 

Glee (122 – FOX – 8.5)

Avis : THE série de l’année. Originale et réussie. Glee mérite vraiment le succès qu’elle a. En ce qui me concerne, en dehors d’un épisode sur la fin, toute la saison m’a tenue dans un état d’excitation pas possible. Je ne parle même pas du nombre de fois où je me suis passée les chansons. Autant pour une films comme Mama Mia, je ne vois pas l’intérêt de me passer en boucle les chansons revisitées par le cast, autant là, comme il s’agit de chanteurs pro, ça se justifie pleinement. Et les chansons sont tellement bien exploitées dans la série pour chaque situation bien précise qu’il est facile de se replonger dans une scène rien qu’en les écoutant. Glee, ça fait pleurer, ça rend heureux, ça fait pleurer de bonheur, ça fait rire aussi. Le summum pour moi c’est l’épisode Madonna. Un bel hommage qu’on ne voudrait pas voir finir. J’espère vraiment qu’il y aura un bis l’année prochaine.
Bilan de la saison : Papatte Même si j’ai forcément des craintes pour la suite, je serai au rendez-vous à la rentrée.

 

The Tudors (410 – Showtime – 8.7)

Avis : Ce que je reproche un peu à cette dernière saison, tout comme à l’avant dernière, c’est d’avoir accéléré les événements alors que les deux premières rentraient vraiment dans le détail. La 4ème est particulièrement concise et je me suis même demandé par moment comment avaient été sélectionnés les faits présentés à l’écran. D’un autre côté, la fin de vie d’Henry VIII n’a peut-être pas été des plus passionnantes non plus. En tout cas, le casting de choix est toujours au rendez-vous, Torrance Coombs a des yeux magnifiques, Catherine Howard était une belle petite dinde et c’est toujours un plaisir de voir Joely Richardson. Bon, Jonathan Rhys-Meyer était mieux en jeune roi séduisant qu’en vieux boiteux à la voix d’outre-tombe, là j’ai eu du mal à ne pas voir un acteur jouant un rôle. Par contre j’ai beaucoup aimé l’évolution du personnage de Charles sur la fin, il y avait une vraie tendresse pour le personnage qui se dégageait de ses dernières scènes.
Bilan de la saison : Papatte Ça va me manquer quand même.

 

CSI (1023 – CBS – 8.7)

Avis : Les saisons de CSI se suivent et se ressemblent de plus en plus. C’est devenu une série repassage cette année. Je regarde plus CSI par habitude que par envie et je n’arrive pas à me dire qu’il faudrait arrêter. Heureusement que Laurence Flishburn s’est glissé dans son rôle comme dans un gant, ça apporte un peu de fraicheur mais il n’arrive cependant pas à remplacer Williams Petersen dans mon cœur. L’histoire avec le tueur en série qui fait surface de temps en temps au cours de la saison était très sympa, un peu dans l’esprit du Miniature Killer, enfin surtout dans l’esprit Hannibal Lecteur. Dommage que le dénouement de cette affaire n’est pas été à la hauteur. Cette année encore on a droit à un épisode axé sur les techos marrant comme tout. Mais pour le reste, c’est un peu comme un bruit de fond.
Bilan de la saison : Papatte Ni pire ni mieux. Je regarderai la saison 11 pour la même raison que j’ai regardé la saison 10.

 

Medium (622 – CBS – 8.8)

Avis : Curieusement je n’ai pas été à jour dès le début de l’année et j’ai fait une très grosse session de rattrapage au début de l’été. Je ne me l’explique toujours pas parce que cette saison était particulièrement bonne et je l’ai vraiment dévorée. Elle est beaucoup plus noire que l’année d’avant quand la série était encore sur NBC. Surtout dans les derniers épisodes. Les scénarios sont toujours aussi travaillés et surprenants. L’histoire familiale continue à progresser, les enfants grandissent bien, Ariel est de plus en plus présente et a même occupé un épisode complet à elle toute seule. Vraiment je ne comprends pas pourquoi j’ai attendu.
Bilan de la saison : Papatte Je vais tâcher de suivre ça semaine après semaine pour ne pas le regretter à la fin de l’année.

 

True Blood (312 – HBO – 8.6)

Avis : Je l’ai déjà mentionné ça et là mais cet été, j’ai pris beaucoup plus de plaisir à regarder Rubicon que True Blood. Je crois que ce qui me gène le plus au fur et à mesure qu’on avance c’est que je n’ai plus le même attachement pour les personnages. C’est en repensant à Haven que ça m’a frappée. Dans Haven, la série gagne en intérêt quand on finit par s’attacher aux personnages, par connaître leur petite ville et leur communauté et à faire partie de la famille dans un sens. Et c’est ce qui manque à True Blood cette saison. Les personnages sont plus traités comme des cas. Tara : celle à qui il arrive toutes les merdes du monde. Jason : le petit coq stupide. Sam : l’homme rattrapé par son passé etc etc. Il n’y a plus ce regard attachant qui leur donne vie comme dans les livres. Les deux seuls qui continuent vraiment à me toucher, ce sont Hoyt et Jessica. Toutes les histoires ont du mal à se recroiser en plus. C’est limite si ça n’est pas surprenant de voir Sookie et Tara manger un morceau ensemble dans la cuisine.
Autre point qui finalement m’empêche d’apprécier pleinement, c’est l’éloignement progressif des livres. Dans un sens c’est une bonne chose, ça permet d’être surpris (comme avec Russell encore une fois) mais d’un autre, j’anticipais tellement certains événements en ayant lu les livres que là au final je ne retrouve plus grand chose et ça me déstabilise trop pour que je prenne du plaisir à la découverte. Alan Ball a pris trop de liberté avec l’histoire, et pas forcément pour le mieux en ce qui me concerne… et surtout Sam n’aurait pas du devenir comme ça, c’était une sorte de pilier dans les livres et là il se fond dans la masse des gens à problèmes.
Bilan de la saison : Papatte Je regarderai mais avec moins de conviction.

 

3 thoughts on “Fin de Saison 2009-2010 – 2ère partie”

  1. Je sais pas comment tu fais pour en suivre autant à la fois. Moi c’est une série, pas plus, sinon pas le temps pour autre chose!

  2. Fringe : J’ai manqué les deux premiers épisodes de la saison 2 mercredi dernier, j’attends cette semaine pour voir ce que ça va donner. La fin de la saison 1 m’avait déjà laissé un léger goût d’ennui et de ne plus la suivre, j’espérais mieux de la 2.

    Les Tudors : Certains épisodes de la saison 3 m’ont ennuyée, trop de romance et pas assez de faits historiques. Certes c’est le but de la série, mais un peu plus d’histoire n’aurait pas fait de mal à mon sens.

    CSI : J’ai décroché après le départ de William Petersen, non sans avoir tenté de voir ce que donnerait la prestation de Lawrence Fishburn. Malgré tout, l’absence des personnages phares du début tels que Sarah, Warrick et finalement Grissom ont eu raison de mon intérêt pour la série…

    True Blood : Je me suis arrêtée à la saison 1 et n’ai pas encore eu le temps de visionner la 2. Ton avis m’est précieux, je finis par me demander si je ne vais pas rester sur ma première idée : lire les livres au lieu de visionner la série (d’autant plus qu’Anna Pakin me file de l’urticaire xD).

    Merci pour ces reviews Tanuki :)

  3. Pour CSI : Sarah est revenue, l’actrice a resigné (quelle girouette celle-là) mais bon c’est sûr que ça n’est plus pareil sans Petersen.

Comments are closed.