Articles conseillés de novembre 2019

Revue de presse

Podcast en 4 parties pour comprendre la crise des opioïdes aux USA et bientôt dans le reste du monde. Et aussi pourquoi il y a toujours de l’Oxy dans vos spams. Par contre, si vous n’êtes pas bilingue anglais, passez votre chemin, aucune des nombreuses interventions d’Américains n’est traduite.

« La société n’existe pas », « les nations sont dépassées » et « l’État doit rétrécir », telles sont les fictions sur la base desquelles s’est déployée la mondialisation, aiguillonnée – au lieu d’être encadrée – par l’idéologie néolibérale. Le problème est que la société existe et que l’individu ne se réduit pas à un simple producteur/consommateur. Il a des besoins non marchands, dont celui, très profond, d’appartenir. Le retour du religieux tend à laisser penser qu’il a également besoin de transcendance, d’être investi dans un projet qui le dépasse et le fait espérer.

Alors, de deux choses l’une. Soit cet individu est aussi et avant tout un citoyen, ressortissant d’une nation qui s’autogouverne souverainement grâce à un État. Soit il se réfugie dans la chaleur fraternelle d’une bande ayant vocation à affronter les bandes rivales. Le repli sur une communauté religieuse (ou sur tout autre type de communauté) est un phénomène de cet ordre. Ce type de phénomènes déstabilise tout particulièrement la France, nation civique ayant été façonnée par son État, et dont le substrat anthropologique est universaliste. Si aucun remède n’est proposé, il faut s’attendre à la guerre de tous contre tous.

Il y a aussi la question du martyre qui est fondamentale. Il ne faut pas donner à ces groupes-là des armes pour se poser en martyrs. C’est une minorité bruyante qui a l’habitude d’être pointée du doigt et qualifiée d’homophobe. Ce sont des gens qui ont l’habitude de se victimiser, donc, de notre côté, on pense que leur dissolution est une mauvaise solution. A la place, il faudrait réussir à travailler sur les victimes, et leur donner la possibilité d’être reconnues comme telles, afin de pouvoir porter plainte mais aussi d’être accueillies par un médecin et un psychologue.

Quelque part, les arbres généalogiques de Dark ne sont pas sans rappeler ceux de l’Heure des sorcières d’Anne Rice. Faut s’accrocher pour suivre et surtout avoir un visuel sous la main.

Parce qu’on m’a posé la question que je n’avais fichtrement aucune idée de la réponse.

La théorie de l’effet, d’une part, suppose que le sens est programmé par le texte : il y a une lecture modèle, idéale, et l’élève doit reconnaître le sens attendu par le professeur. A l’opposé, la théorie de la réception suppose que la lecture est une rencontre entre un livre et un lecteur, elle n’est pas unique, c’est une expérience personnelle.

Ces deux théories illustrent deux conceptions de la lecture : l’une, commune à tous les lecteurs, serait une lecture objective, tandis que l’autre, variable à l’infini, est subjective, propre à chacun.

Que n’ai-je connu la deuxième théorie de mon temps…

blogmarks.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *