25 janvier 2017

Articles conseillés du 25-01-2017

Regards croisés, ciné et lettrés sur les USA.

De mon avis, et je m’y tiens, une femme voilée n’est vraiment libre de son choix de l’être qu’à partir du moment où elle peut retirer son voile n’importe où et n’importe quand sans que personne ne dise rien ou ne lui jette un regard de travers. La conviction religieuse n’est pas une affaire entre humains qui se jugent les uns les autres, c’est une relation unique avec un être suprême (quel qu’il soit).

blogmarks.net

11 janvier 2017

Articles conseillés du 11-01-2017

Oui, la castration des petits enfants de huit ans, pour qu’ils conservent leur voix d’ange, c’est la faute à saint Paul. Voilà ce qu’il dit, saint Paul, dans son premier épître aux Corinthiens : « Comme dans toutes les Églises des saints, que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis de prendre la parole. »

Les centenaires japonais ont connu une transformation du pays de dingue.

Wouaw… Si ça ne donne pas envie de défendre la langue française tout ça !

Une belle charge en règle qui fait du bien par où elle passe !

S’ils pouvaient aller jusqu’à s’entretuer, ça ferait un peu de sélection naturelle.

Je leur piquerais bien leurs pat’ d’eph taille haute !

blogmarks.net

17 octobre 2016

Articles conseillés du 17-10-2016

Je crois qu’on est au-delà du temps de cerveau disponible vendu à Coca, là.

Pour ceux qui, comme moi, n’avaient pas suivi.

C’est un article fleuve, mais édifiant.

Allez hop, les femmes-matrices, au foyer avec les chiards ! De toute façon, vous croyez vraiment que vous avez mieux à faire de votre vie que de pondre ? Ah vous n’avez pas de mecs ? Vous êtes étudiantes ? Vous avez été violées ? Vous avez du mal à boucler les fins de mois ? Ou vous n’en voulez tout simplement pas ? Mais qu’est-ce qu’on s’en branle ! Foutez donc votre vie en l’air, c’est uniquement celle de l’enfant qui compte pour nous ! Votre corps, notre choix !
Je propose donc que toutes ces bonnes âmes qui veulent forcer les femmes à mener leur grossesse à terme alors que ça n’est pas leur désir profond s’engagent à tout prendre en charge : l’enfant en premier lieu si la femme n’en veut pas, et tous les frais de la naissance de l’enfant jusqu’à son émancipation. Sans compter les frais pour que la mère ait une vie décente bien sûr. Et un support financier si elle est en couple, mais que l’enfant plombe le budget. Et sans rien demander en retour bien sûr, faudrait voir à pas embrigader les gens au passage non plus. Deal ?

Personne pour dire que c’est toujours l’image du sacro-saint couple amoureux pour la vie qui est véhiculé par ces romans ? Combien d’héroïnes ne finissent pas avec le mâle, parce que finalement, elles ne cherchaient qu’à prendre leur pied avec un pompier et rien de plus, mais qu’à côté de ça, elles ont aussi autre chose à faire ? Combien d’héroïnes ne voulant pas d’enfants, point barre ? Combien d’héroïnes pour choisir que chacun garde son appart à la fin ? Combien de romances grand public où la femme s’éclate autant avec un homme qu’ avec une femme et finit avec les deux à la fin ? Combien de cheminements hors des sentiers battus pour justement faire évoluer plus que la sexualité de la femme mais aussi les mentalités de toute une société ?

Je trouve que ce n’est pas le rôle de l’État de déconstruire les stéréotypes, et surtout pas dès l’enfance. Les ABCD de l’égalité relèvent d’une idéologie qui n’est pas neutre. Je pense que les enfants doivent d’abord recevoir un héritage avant de pouvoir le déconstruire.

Et quand l’héritage est nauséabond ?

blogmarks.net

3 septembre 2016

Articles conseillés du 03-09-2016

Une histoire coupée du nouveau bébé de Mathieu Bablet. En turbomedia.

Encore plus de lecture.

De la lecture

Ça serait un tel soulagement.

Avant, pour conclure proprement une conversation, il suffisait d’atteindre le point Godwin. Aujourd’hui, il suffit de prononcer le mot racisme. (Marche partout, y compris, bien sûr, en France)

Et dire que certains n’ont toujours pas évolué depuis…

blogmarks.net