Drama : Yama Onna Kabe Onna

Avis Drama

Titre : Yama Onna Kabe Onna / 山おんな壁おんな
Genre : Comédie
Episodes : 12
Chaîne de diffusion : Fuji TV
Année : 2007
avec ITO Misaki, FUKADA Kyoko, OIKAWA Mitsuhiro, KOIKE Eiko, TANIHARA Shosuke, NISHIJIMA Hidetoshi, KAWATA Hiroki, MIURA Rieko,…

Yama Onna Kabe Onna relate la petite vie des employés du rayon sacs à main d’un grand magasin de Ginza à Tôkyô. Megumi est la meilleure vendeuse, elle est admirée et enviée pour son professionnalisme et sa beauté. Mais au fond d’elle se cache un terrible complexe. Elle est plate comme un mur, et l’arrivée de Marie va définitivement chambouler sa vie. Car Marie arbore une poitrine plus qu’opulente. A ce niveau, on ne parle même plus de monde au balcon. On parle de montagnes. Bien sûr, j’aurais pu traduire le titre avant, ça vous aurait tout de suite renseigné sur le sujet de ce drama : Femme montagne, femme mur. Pas de surprise, on sait tout de suite que ça va parler tour de poitrine et profondeur de bonnets. Mais ça ne parle pas que de ça non plus. Il y a de la compétition au rez-de-chaussées de ce grand magasin et ça se tire dans les pattes entre les rayons. Qui vendra le plus de sacs ? Qui se fera remarquer par la hiérarchie ? Qui aura une promotion ? Croyez-moi, le suspense est insoutenable ! (Oui, j’en rajoute juste un peu.) Et en plus la nouvelle a un charme à toute épreuve qui séduit aussi bien ses collègues que les clients. Elle a du talent, elle sait vendre et elle est passionnée par son métier. Qu’est-ce qu’elle est énervante avec sa petite voix aiguë ! On ne peut rien lui reprocher en plus. La concurrence promet d’être rude.

Toujours pas convaincus ? Je peux comprendre. On dirait que ça ne parle que chiffons (enfin sacs) et crêpages de chignons entre nanas. Pour être honnête, notre choix s’est porté sur ce drama pour une seule et unique raison : ITO Misaki (encore !). Parce qu’on l’a bien aimée dans Densha Otoko et dans Maison Ikkoku (et que Kame est de 3 jours son aîné). On la connaissait dans des rôles romantiques où elle devait jouer tout en réserve. Dans Yama Onna Kabe Onna, elle nous aura fait mourir de rire.

Au début, Megumi donne vraiment l’impression d’être une jeune femme réservée et à la limite de la perfection. En fait, sous les apparences, elle a un petit côté salope, elle est jalouse, elle est revancharde. Jamais méchamment mais ça pimente tout de suite le personnage. Surtout quand quelque chose l’énerve et que ses narines se mettent à frétiller. ITO le fait tellement bien que le comique de répétition marche à tous les coups. Pareil pour son cochon rose qu’elle accuse d’être le responsable de tous ses malheurs alors qu’il était censé être l’accessoire Feng Shui ultime pour assurer son bonheur (trouver un mari notamment). Dans la deuxième moitié de la saison, on découvre également son côté « paysan » (elle est fille de pêcheur), elle se met à parler avec un accent de la campagne à couper au couteau, elle se biture allégrement (pas totalement anormal pour un Japonais cela dit) et laisse de plus en plus son image de petite fille modèle au placard.

A ses côtés, il y a bien sûr l’adorable Marie, jouée par FUKADA Kyoko, qui, pour rassurer tout le monde, n’a pas une poitrine aussi développée que son alter-ego dans la série. C’est avec elle qu’arrivent les premiers gros gags, ce qui est un peu normal puisqu’elle est l’élément perturbateur. Curieusement, même si ceux-ci tournent quand même beaucoup autour de la partie supérieure de son corps, ça n’est jamais graveleux. Un tantinet coquin et décomplexé mais pas de mauvais goût. Le personnage, en lui-même assez naïf, est un poil agaçant par moments, surtout quand elle parle du mariage entre un sac et sa future propriétaire ou s’extasie sur un cube de glace, mais sa grande innocence fait aussi tout son charme. Difficile de lui faire le moindre reproche. Sauf peut-être celui de crever le budget de la cafétéria mais c’est une autre histoire.

ITO et FUKADA sont épaulées par une ribambelle d’acteurs et d’actrices qui assurent vraiment. Les seconds rôles sont attachants au possible et forment vraiment très vite une petite famille dont on veut connaître les aventures. Entre les coups bas de la « méchante », les micro-drames (clim’ en panne, clients insatisfaits, problèmes d’approvisionnement), les romances de bureau, il y a de la vie au rayon sacs et beaucoup de raisons de rire.

Avec Kame, on n’a pas vraiment réussi à déterminer qui était exactement le public cible de ce drama. On n’a pas trop cherché non plus. Adulte, c’est sûr, mais après… Il nous a beaucoup plu à tous les deux en tout cas. A part quelques épisodes un peu mous au milieu, ça tient la route dans l’ensemble et franchement, on pourrait le reregarder avec plaisir à l’occasion. Sans doute un des meilleurs rôles de Ito que certains trouvent trop plate… en tant qu’actrice.