Boys Be… 2nd Season de Masahiro Itabashi et Hiroyuki Tamakoshi

Avis tramés

Initialement publié sur CinémAsie le 19 septembre 2004 avec la note de 1/5.

Globalement inintéressant

Le moins que l’on puisse dire c’est que Boys Be a particulièrement bien trouvé sa place dans le magazine de prépublication de Pika. Difficile de trouver un manga s’adressant autant à la gent masculine tout en restant particulièrement hermétique pour le sexe opposé.

A la première histoire, c’est encore la découverte. Le style graphique apparaît comme assez spécial, pas vraiment moche mais avec quelques gros problèmes anatomiques assez immanquables. Les personnages ont aussi la fâcheuse tendance à tous se ressembler. D’ailleurs, on ne saisit pas forcément tout de suite qu’il s’agit d’histoires indépendantes tant les visages des héros successifs sont identiques d’un chapitre à l’autre. Sans parler du manque de variété au niveau de l’expressivité des visages. Vient ensuite la découverte d’un schéma narratif répétitif qui met à chaque fois en scène un jeune adolescent timide qui ne sait vraiment pas comment s’y prendre avec les filles. Gêné par leurs jupes d’uniforme trop courtes, leur poitrine trop opulentes et leur caractère parfois bien trempé, il regarde la demoiselle de ses rêves soit à la dérobée soit avec un air benêt. Il se pose beaucoup de questions bien typiques d’une relation amoureuse et surtout d’un adolescent face à ses premières amours mais dès la deuxième histoire ça commence à lasser. En particulier quand on a passé l’âge de ce genre de questionnements hautement existentiels et que surtout on n’est pas du bon côté de la barrière des sexes. A défaut de laisser complètement indifférent, au bout de 2 volumes complets, on n’est pas loin de se taper la tête contre les murs devant une telle accumulation de situations ridicules. Difficile de trouver des arguments pour sauver les meubles. En fait, tout se résume en une phrase de la 1ère histoire : « Si t’as pas compris, c’est que t’es un peu lourdaud ! » Bien dit mademoiselle. Dommage que les personnages féminins ne soient guère plus intéressants et minaudent un peu trop. Le fait que l’histoire soit systématiquement racontée du point de vue du garçon n’aide pas à leur donner un peu plus de profondeur autre que celle de leurs décolletés.

Du coup, il vaut mieux essayer de trouver un peu d’intérêt dans le contexte des histoires comme les castings d’idols, les lycées et leurs clubs, les boutiques de mangas, les cosplays, etc. Rien de vraiment inédit mais c’est déjà pas si mal.