Avis : Wolverine: Snikt! de Tsutomu Nihei

Avis phylactèrisés

wolverine_sniktInitialement publié sur CinémAsie le 25 mai 2003 avec la note de 3/5.

Plutôt qu’une critique, il s’agit d’un rapide avis après avoir lu le premier numéro et en attendant la suite. Beaucoup l’attendaient au tournant, ce Wolverine à la sauce Nihei. N’étant pas une fan de comics à la base, bien que je n’ai rien contre a priori, je ne suis pas très familière avec les X-Men que j’ai découverts avec les films de Singer (Pas la peine de me jeter des tomates, j’en ai déjà dans le frigo :)

Je suppose donc que le look de Logan va faire hurler les fans purs et durs qui attendent quelqu’un de plus musclé et large d’épaules ; quant à moi je le trouve plutôt sympa. Longiligne, tout de noir vêtu, cheveux hirsutes et regard perçant… Même si le nom de l’auteur n’avait pas été sur la couverture, il n’y aurait eu aucun problème à mettre un nom sur le dessinateur tellement le style ressemble à celui utilisé dans Blame et Noise. Rajoutez à cela le design des « ennemis » qui ressemblent comme deux gouttes d’eau à des silicates (notamment à Blon) et Fusa à Shibo et nous revoilà plongés dans Blame, mais à l’air libre cette fois. Ce qui fait du bien quelque part quand même. Certes, il faut peut-être être fan de ce style de dessins et c’est mon cas. En plus, avec la colorisation, on passe du noir et blanc sur fond noir à des couleurs ocre assez agréables. (Rendons à César ce qui lui appartient puisque c’est un dénommé Guru eFX qui a assuré la mise en couleurs).

Nihei assure non seulement le dessin, mais aussi le scénario. Pour l’instant, sur les 44 pages du numéro, 22 planches sont consacrées à l’histoire, le reste, c’est de la pub ! Ça se lit donc très vite et comme à son habitude Nihei n’étant pas très bavard, ça va encore plus vite. On en apprend très peu sur le pourquoi de la venue de Wolverine dans ce monde qui ne semble pas être le sien sauf qu’on l’a fait venir pour aider un peuple. On n’en sait donc guère plus que lui pour le moment. En tout cas, loin d’être déstabilisé par ce lieu inconnu, il est tout de suite à l’affût et prêt à se battre toutes griffes dehors. Ça commence plutôt bien. Reste à découvrir comment l’histoire va se développer dans les 4 numéros à venir.

P.S. : Petit rajout après la lecture de l’intégrale de Snikt! Le scénario se révèle rapidement comme moyennement passionnant et pas très profond. Rien à voir avec Blame donc. Cependant, il faut reconnaitre que le style graphique de Nihei prend une nouvelle ampleur en couleurs, et que certaines planches sont particulièrement belles. Dommage que quelques onomatopées soient très mal placées et surtout rouge pétant. À lire par curiosité.