Avis : Akira Toriyama, le maître du manga d’Oliver Richard

Présentation de l’éditeur : Tout le monde connaît Dragon Ball, le manga-phénomène vendu à plus de 200 millions d’exemplaires dans le monde et ses innombrables avatars : dessins animés, jeux vidéo, jouets, cartes de collection, films, etc.
Bizarrement, jusqu’à ce jour aucun livre n’avait proposé de panorama complet de l’œuvre de son auteur : Akira Toriyama.

Né en 1955, Toriyama est pourtant devenu une véritable légende du manga et de la culture pop internationale… Ce livre retrace pour la première fois son parcours, de ses débuts modestes (parue en 1978, sa première histoire fait un flop complet !) au carton de Dr. Slump (série démente qui rappelle les premiers Mad et La Rubrique-à-brac) jusqu’à l’apothéose avec Dragon Ball. Le succès titanesque de Dragon Ball fait de Toriyama l’équivalent d’un Walt Disney ou d’un Stan Lee : un géant. Mais un géant d’un genre nouveau puisqu’il a la particularité d’être le premier auteur de BD au monde dont l’œuvre se décline instantanément sur tous les supports.

Ce livre propose un panorama complet de la carrière multimédia de cet artiste aussi prolifique que discret.

 

Avis : Dragon Ball a très certainement marqué une génération entière et celle-ci a même désormais un nom : la génération Club Dorothée. Derrière ce monument japonais, il y a un auteur dont le nom n’est pas forcément connu de tous : Akira Toriyama.

Riche en informations sur les références, les sources d’inspiration du mangaka et les raisons d’un tel succès, cet ouvrage très complet témoigne également de plusieurs choses. Déjà, que son œuvre ne se cantonne pas seulement au manga et, par extension, à l’animation, même si ça constitue l’essentiel de sa production. L’homme est un touche-à-tout qui s’avère également être grand amateur de modélisme au point d’être à l’origine de quelques pièces introuvables et très convoitées à l’heure actuelle. Ensuite qu’Olivier Richard a fait un énorme travail de fourmi pour ce livre, en plus de la lecture et du visionnage pour les moins exhaustifs de tout ce qui a été produit par Toriyama. Il se fend même de quelques précisions tant au niveau historique qu’au niveau du monde de l’édition si particulier du Japon qui permettent au lecteur de mieux comprendre le contexte général dans lequel évolue le mangaka.

L’écriture d’un livre sur le sujet n’a pas dû être des plus simples. L’homme est connu pour être relativement inaccessible car, comme tout mangaka célèbre, il faut déjà franchir le barrage des agents pour avoir une chance de l’atteindre. De plus, l’homme semble de lui-même fuir la lumière des projecteurs et mener une vie calme loin de la capitale nipponne. Olivier Richard n’a donc visiblement pas eu de contacts directs avec Toriyama au cours de la rédaction du livre. Par contre, il a apparemment eu largement l’occasion de se confronter à la barrière légale qui entoure les œuvres du mangaka, ainsi que le prouvent les quelques lignes en bas de la page des remerciements. A défaut d’un entretien avec le maître, c’est une multitude d’interviews avec des japonais et français travaillant dans le milieu du divertissement qui sont regroupées à la fin de l’ouvrage. Elles se révèlent très instructives et permettent d’avoir des regards extérieurs sensiblement différents sur le mangaka et son œuvre.

Le seul petit reproche qui pourrait être fait à cet ouvrage ou plutôt à son auteur, c’est l’utilisation de quelques familiarités. Certes, la cible principale est le trentenaire qui a grandi avec Dr. Slump et Dragon Ball et qui ne se formalisera sans doute pas de cette liberté de ton mais ça aurait néanmoins mérité un peu plus de rigueur.

Ça n’empêche pas le livre de gagner son statut d’ouvrage de référence qui offre une vision très complète de l’œuvre d’Akira Toriyama, y compris tout ce que la barrière de la langue rend inaccessible. Il donne aussi une furieuse envie de lire ou de relire tout ce qui disponible en France.

Cette avis a initialement été publiée sur Onirik.