Avis : Shakespeare’s Champion (Lily Bard 2) de Charlaine Harris

Synopsis (traduction maison) : Quand Lily tombe par hasard sur le corps musclé d’un bodybuilder local, son cou brisé par une barre d’haltère, la tension raciste sous-jacente commence à déborder à Shakespeare. La victime blanche était d’une certaine manière connectée à deux meurtres non-résolus d’habitants noirs de la ville et un policier tenace est déterminé à stopper cette vague de meurtres. Lily va devoir décider si elle veut rester et se battre pour la justice ou fuir une nouvelle fois.

 

Avis : Le début de ce tome pouvait faire craindre le pire. A moins de vraiment aimer les corps bodybuildés et les conseils pour les exercices servant à muscler uniquement le tractus ilio-tibial, le premier chapitre paraît long et sans intérêt. Même le meurtre, en plus du titre, laisse augurer une intrigue dans le milieu des Mr Muscles. Fort heureusement, il n’en est rien.

Le thème principal de ce tome est le racisme et Shakespeare, Arkansas, est situé dans une région des États-Unis dans laquelle ce type de situations paraît tout à fait plausible. Sans céder à la facilité, Charlaine Harris arrive à rendre compte d’une certaine ambiance et surtout d’une certaine tension entre les personnes de couleurs différentes qui fait réellement froid dans le dos. C’est typiquement ce qu’on peut retrouver en une des journaux ou à la télévision avec un événement qui en entraîne un autre et attise la haine et la peur des uns envers les autres. C’est aussi déplaisant dans le livre que ça ne l’est dans la réalité. Mais malheureusement tellement vrai. Ça donne lieu à quelques scènes d’une grande violence qui laissent un peu abasourdi et qui paraissent toujours incroyables quand on les compare au style habituellement très posé de l’auteur. En tout cas, contrairement au tome 1, il est bien difficile de démêler les fils de l’histoire en 5 minutes cette fois. Et ça n’est pas un mal.

En parallèle, Shakespeare continue à prendre vie. Dans le premier tome, l’action était restreinte aux appartements et à la salle de gym. Ici, elle prend une nouvelle dimension et le champ d’exploration devient plus vaste. Shakespeare est une grande ville en fait. Lily continue à rendre visite à ses employeurs de quelques heures par semaine et on se rend compte rapidement qu’en l’espace d’un tome, Harris a réussi à les rendre familiers. Qu’il s’agisse de Mary Hofstettler, de Bobo, de Debra…ils comptent un peu chacun à leur manière maintenant. A côté de ça, Lily continue d’avoir des relations plutôt étranges (mais parfaitement cohérentes avec le tempérament du personnage) avec les hommes. Les deux prétendants du premier tome sont vite évincés par un nouvel arrivant qui n’y va pas par quatre chemins. La façon dont se déroulent les choses est aussi surprenante qu’inattendue et peut laisser un peu perplexe sur le moment. Mais il s’agit de Lily après tout et on aura bien compris qu’elle est une femme aussi atypique qu’intelligente. Et ça n’est pas un mal non plus.

Note :

One thought on “Avis : Shakespeare’s Champion (Lily Bard 2) de Charlaine Harris

Comments are closed.