Diwouidi 21

Attention nouveauté au niveau de la notation cette semaine. Je vais mettre des papattes papatte maintenant. De 0 à 5, ça sera plus simple pour moi qui ai toujours du mal à mettre des notes et ça vous donnera une idée générale de mon opinion sur l’oeuvre.

  • High Fidelity : papatte le côté je m’adresse directement à la camera rappelle Alphie avec Jude Law sauf que dans le cas de High Fidelity il n’y a pas overdose du personnage principal. Deux points positifs. J’ai l’impression d’être un peu rentrée dans la tête d’un homme pendant 2 heures, reste cependant à savoir si ça reflète bien la réalité. J’ai particulièrement apprécié la BO qui contrairement à beaucoup d’autres BO n’a pas vocation à se faire oublier puisqu’elle est partie intégrante de l’histoire. C’est très bien vu. Le film a très très bon rythme notamment dans les monologues.
  • A room with a view : papatte ça faisait très longtemps que j’aurais du voir ce film (lire le livre aussi, ça sera chose faite au retour en France), ayant déja vu pas mal d’adaptations de EM Forster par Ivory. Le casting est particulièrement impressionnant et c’est assez marrant de les voir tous si « jeunes » notamment Helena Bonham Carter. Très british, des personnages construits tout en subtilités, très bien joué, très en costume et bien plus drôle que ce à quoi je m’attendais. Très agréable à suivre. Par contre Julian Sands est toujours aussi étrange.
  • Elizabeth : papatte un rôle magnifique pour une magnifique Cate Blanchett. Là aussi un personnage que l’on voit grandir interieurement de manière très subtile. Forte et faible à la fois au milieu des requins. Envoutante par dessus tout. La scène du conseil où elle retourne la situation en sa faveur est assez grandiose. Vivement la suite (avec Clive Owen en plus, 2 fois plus de bonheur).
  • The Aristocrats : papatte ou comment rire pendant 90 minutes d’une seule et même blague. Un documentaire qui ne se raconte pas. Peut-être encore plus savoureux quand on ne connait pas le sujet à la base. Un extrait ici pour vous donner une idée tout de même mais je conseillerai quand même de ne pas suivre le lien, surtout si vous avez les oreilles sensibles.
  • Match Point : papatte diantre mais qu’est-il arrivé à Woody ? Je ne le reconnais plus depuis qu’il est parti à Londres. Moins drôle, plus dramatique, plus chaud malgré la pluie, plus long aussi (quelques longueurs qui lui coûtent une papatte). Un film auquel on ne peut pas vraiment s’attendre, pas plus qu’on ne voit venir l’extraordinaire dénouement. Le personnage de Scarlett Johansson, femme amoureuse qui devient possessive au-delà du raisonnable est particulièrement bien construit (quelque part ça me rappelle quelque chose…). A croire que Woody a vécu l’expérience lui-même :-)
  • The Game of their lives : papatte pas très palpitant, un enjeu dont on a finalement assez rien à faire, une réalisation sans conviction, personnages pas attachants. C’est cependant l’occasion de recroiser Wes Bentley, un peu disparu des radars depuis American Beauty. M’enfin, regardez plutôt un vrai match de foot à la place.
  • The fog : papatte mouais alors là gros bof. Pas un bond, pas une main devant les yeux. Nada. Je ne suis ni fan de Welling ni de Grace, le premier m’a paru moins niais que dans Smallville et la deuxième ne partait pas trop mal mais a quand même fini par retrouver sa tête à claques de Lost. Quelque chose me dit qu’il faudrait peut-être songer à regarder l’original de Carpenter plutôt que la sale copie.