Avis : One Real Thing d’Anah Crow et Dianne Fox

Synopsis : Nick Addison a toujours pris soin d’Hollister Welles depuis l’université. Même si l’étudiant responsable et le fêtard désinhibé étaient l’opposé l’un de l’autre, ils ont toujours partagé un lien inexplicable. Nick sait qu’il doit arrêter de sauver l’incontrôlable Holly mais quand Holly touche le fond sous le regard des médias, il ne peut résister et il décide de voler à la rescousse une dernière fois. (Trad perso)

Avis : L’histoire de One Real Thing pourrait se résumer en quelques lignes et elle est tellement simple qu’elle donnerait l’impression de ne pas valoir le détour. Pourtant, la relation de Nick et Holly a un pouvoir de séduction indéniable. La situation de départ n’était pas des plus heureuses. Nick, qui vit à New York, est marié à une harpie mais se dit heureux. Holly vit à l’autre bout du pays et est en sale état : drogué, alcoolisé, amaigri, suite à une rupture qui a fait la une des canards à potins. Il s’enfonce petit à petit sans la moindre volonté de se raccrocher aux branches. Et Nick assiste à sa déchéance à distance. Jusqu’à ce qu’il craque et aille le chercher. Les deux étaient amis très proches à l’université puis chacun a suivi sa route et il faudra cette descente aux enfers de Holly pour les rapprocher à nouveau. Après des années séparés chacun à un bout du pays, il vont se rendre compte qu’ils ont besoin l’un de l’autre. Qu’il y a une complémentarité entre eux, ce qui va mener tout en délicatesse vers une relation dominant-dominé très soft. Dès le retour à New-York, on sent se mettre en place les bases de ce rapport avec Holly affaibli et en totale admiration d’une part et Nick directif qui lui sert d’ancre pour remonter la pente d’autre part. Et il ne se passera rien de plus à ce moment-là. Le respect et les obligations les remettant systématiquement à leur place l’un et l’autre. La vieille histoire d’amour restera à sens unique, comme elle l’était déjà à l’université quand Holly passait son temps à titiller Nick mais que ce dernier ne le prenait pas vraiment au sérieux.

Les choses ne se débloqueront vraiment que quand Nick fera une erreur de jugement et se retrouvera lui-même confronté à une mauvaise passe, forçant Holly à revêtir la panoplie de sauveur. C’est là que toute leur complicité d’hier et d’aujourd’hui, tout l’amour qu’ils ont l’un pour l’autre vont finir par s’exprimer. Cette relation qui s’est construite tout en douceur et par petites touches prend enfin vie sous les yeux du lecteur, à travers notamment trois scènes très chaudes bienvenues qui servent de points d’orgue à l’histoire. Ici point de fesses rouges et de collier en cuir ; ni Holly ni Nick n’en ont besoin pour savoir de quoi est fait le lien qui les unit.

L’intrigue principale fonctionne suffisamment bien pour qu’on ne s’attache pas trop aux détails qui ne collent pas comme la désintoxication d’Holly en quelques jours (il suffit d’avoir vu Trainspotting pour savoir que les bébés rampent au plafond dans ce genre de situations. Pas ici) et les clichés un peu trop gros. Certains détails de la fin sont aussi très prévisibles. Ce qui compte par dessus tout c’est que les personnages de Holly et Nick fonctionnent. Les scènes où ils interagissent marchent. Ils sont attachants, ont de l’humour et véhiculent un beau sentiment universel. Et c’est finalement là « la chose bien réelle » dont il est question dans le titre.

Note :

3 thoughts on “Avis : One Real Thing d’Anah Crow et Dianne Fox

Comments are closed.