Avis : This Side of the Grave (Night Huntress 5) de Jeaniene Frost

Spoiler Alert : Ben pas vraiment en fait, surtout si vous avez lu le tome 4.

Synopsis : La mi-vampire Cat Crawfield et Bones, son mari vampire, se sont battus aussi bien pour rester en vie que pour faire marcher leur relation. Alors qu’ils viennent tout juste de remporter cette derrière bataille, les nouvelles et inattendues capacités de Cat menacent de rompre un équilibre établi il y a bien longtemps…

Avec les disparitions mystérieuses de vampires, les rumeurs d’une guerre entre les espèces prolifèrent. Un zélote excite les tensions entre les vampires et les goules, et si ces deux groupes puissants s’affrontent, les innocents mortels risquent de devenir des dommages collatéraux. Cat et Bones vont devoir demander de l’aide à une dangereuse « alliée » -la reine des goules de la Nouvelle-Orléans elle-même. Mais le prix pour son assistance pourrait s’avérer plus piège que la menace d’une guerre surnaturelle…sans parler des répercussions que Cat n’imagine même pas. (Trad perso)

 

Avis : 574 jours soit 1 an 6 mois et 25 jours. Voilà le temps qu’il aura fallu aux fans pour enfin avoir le tome 5 des aventures de Cat & Bones dans les mains. Une torture que n’auront pas réussi à adoucir les 2 spin-offs sortis entre temps. Au début, il y a la fébrilité de l’avoir enfin sous les yeux. Puis il y a le premier chapitre où Jeaniene Frost fait les choses en beauté et c’est à ce moment que l’on mesure à quel point ils nous ont manqué. A quel point leur complicité nous avait manqué. On les retrouve comme si on ne les avait jamais quittés. L’humour est là, l’amour aussi. Ils sont en phase dans l’attaque comme dans la défense. Tout est là pour offrir à nouveau un tome à la hauteur des espérances et détendre ce nœud d’angoisse qu’on avait à l’estomac.

 

Ce qui fait encore plus chaud au cœur c’est de retrouver tout le monde et plus encore. Mencheres, Vlad, Spade, Marie, Tate, Dave, Justina, Don…(liste non exhaustive pour réserver des surprises), ils sont tous là. Même Ian si on ne cligne pas des yeux. Pour apprécier la présence de certains personnages, il faudra par contre avoir impérativement lu First Drop of Crimson et Eternal Kiss of Darkness avant ce tome. De même, il est fait référence à plusieurs reprises à des événements des 2 spin-offs et d’une nouvelle parue dans l’anthologie Death’s Excellent Vacation. Autant dire qu’il vaut mieux être un lecteur VO pour arriver à tout suivre et ne pas se retrouver spoiler par inadvertance. Le gros de l’intrigue reste toutefois parfaitement accessible au plus grand nombre.

 

Comme souvent avec l’auteur, c’est dès le tome précédent que les choses ont été amorcées et « sans surprise » c’est bien la guerre vampires/goules qui va occuper nos héros ici. Ou plutôt va les motiver pour faire en sorte que ça ne dégénère pas. Vu le despote en herbe en face, ça ne sera pas chose simple. Cat est une nouvelle fois la clé de l’affaire, à la fois élément déclencheur et solution, elle va avoir l’occasion d’explorer de nouveaux univers (celui des fantômes notamment) et de découvrir de nouveaux pouvoirs qu’elle va devoir apprendre à maîtriser. Mention spéciale à la leçon de vol à la Nouvelle-Orléans qui donne aussi bien envie de frapper que d’encourager Bones (Petit chenapan ! pour rester polie). Aaahh Bones ! Le seul homme à faire sérieusement concurrence à Joe Dubois. (Soupir) D’habitude, dans les longues séries, il vaut mieux ménager le suspens et faire en sorte de retarder au maximum le moment où les deux amoureux vont devenir un couple. Et pourtant, avec La Chasseuse de la nuit, Cat et Bones sont ensemble depuis le tout début, ils ont eu des hauts et des bas entre temps bien sûr mais les livres reposent justement sur leur alchimie, leurs interactions. Sans Bones, il n’y aurait pas de Cat. Sans eux deux, il n’y aurait pas ce lien puissant qui ligote littéralement le lecteur au livre dès qu’il l’a dans les mains. Inutile de dire que Bones est à la hauteur dans ce tome, dans les moments de joies et dans l’adversité. Plus rien ne pourra les séparer à l’avenir et on a la preuve finale, s’il en fallait une, que l’auteur peut créer des histoires passionnantes sans toucher à l’intégrité du couple. Il y a tellement plus à raconter dans leur univers qu’ils ont gagné le droit de rester ensemble. A noter que comme souvent aussi, Jeaniene Frost se permet de nous mordre les fesses bien fort en ramenant sur le tapis des choses qu’on pensait révolues pour de bon. Mais on n’est plus à ça prêt vu la quantité de surprises avec lesquelles elle nous bombarde dans This Side of the Grave. On apprend en particulier ce qu’il est advenu de la mère de Cat et il y a de quoi en tomber de sa chaise. Il y a aussi des moments tristes qui nous ramènent brutalement à la réalité. Il est vivement conseillé d’avoir un mouchoir à portée de main au cas où. Jeaniene Frost ne prévient pas plus quand elle veut faire rire le lecteur que quand elle veut le faire pleurer.

 

Si l’intrigue pèche un peu par moments notamment avec le dénouement de l’affaire qu’on voit venir de loin et à cause des longues scènes où il ne se passe rien (certes nos héros se retrouvent bloqués dans leurs recherches mais il n’empêche qu’il ne se passe rien), on ne pourra jamais reprocher à l’auteur de ne pas savoir balancer des remarques qui tuent au juste moment. Celles de Vlad sont particulièrement efficaces dans ce tome et il est loin d’être un cas isolé.

 

This Side of the Grave fait passer de la joie aux larmes, en passant par les rires aux éclats, l’action et des bouffées de chaleur (Vous connaissiez le chapitre 32. Eh bien maintenant il y aura le chapitre 21). C’est riche en émotions comme d’habitude et encore une fois la fin laisse en présence d’une nouvelle donne pour la suite. La toute dernière scène absolument grandiose fait crier un grand YEEESSS!! en levant les bras vers le ciel (attention à ne pas faire tomber le livre) et s’accompagne d’un sourire si large qu’il fait mal aux zygomatiques. Vivement la suite !

Ci-dessous, quelques unes des répliques mythiques de ce tome. Et il y en a.

“Ask me if I sparkle and I ’ll kill you where you stand,” Bones cut him off with utmost seriousness.

“See?” I ’d whispered to Bones, nudging him with a grin. “He never argues with her. Isn’t that sweet?”
A snort preceded his response. “Keep dreaming, pet.”

Much slower, I turned around to see Vlad examining his fingernails, as if his hands weren’t still ablaze in the flames that had blasted the ghoul’s head off moments before.
“What the hell was that?” I gasped.
“Premature inflamulation,” he replied. “Happens sometimes. Very embarrassing, I don’t like to talk about it.”

Family. Villains had nothing on the stress my relatives could cause me.

I didn’t blame him. God, I wouldn’t have blamed Bones if he’d duct-taped a vibrator to me and just took care of the whole sordid nightmare that way.

I couldn’t count how many bed frames we’d ruined in our time together, and I hoped there were many more broken ones ahead of us in our future.

No matter which side of the grave we’re on. I ’ll haunt you, chase you all around eternity, whatever it takes, but it’s you and me until the stars burn out.

Cat

Arrogant Romanian.

Cat au sujet de Vlad

Note :

4 thoughts on “Avis : This Side of the Grave (Night Huntress 5) de Jeaniene Frost

  1. Joe…

    *remet ses habits de deuil*

    Et bien, ça c’est de l’enthousiasme en tout cas!! Va falloir que je me le procure très vite!

  2. OMD, OMD, je viens à peine de finir le tome 4 que je suis déjà en état de manque, la preuve j’ai lu ta critique comme si c’était du Jeaniene Frost.

Comments are closed.