Films vus 78

  • District 9 (2009) : papatte Film très très dense mais intéressant. J’ai du regarder l’heure tous les quarts d’heure, trouvant que ça n’avançait pas alors qu’il se passait tellement de choses à l’écran que j’avais l’impression de forcement arriver à la fin. Étrange. Rien que pour cette raison, je ne pense pas le revoir un jour mais sinon l’histoire est vraiment très très bien, le cadre est original. Je suis curieuse de voir ce que donnera Elysium.
  • Toy Story 3 (2010) : papatte Une très belle conclusion qui m’a bien pincé la gorge et fait cligner des yeux plus d’une fois. C’est drôle, dramatique, touchant. Contrairement à d’autres séries d’animation, celle là aura tenu la route jusqu’au bout. Par contre je ne suis définitivement pas fan de la voix de Joan Cusack (Jessie).
  • Walk all Over Me (2007) : papatte Honnêtement je pensais que Tricia Helfer en dominatrice suffirait à sauver le film. Que nenni ! Même si elle s’en sort mieux que le reste du casting. Le scénario oscille entre drame au début et pseudo-comédie à la fin. Enfin j’ai supposé que l’humour était volontaire. En tout cas, le personnage de la jeune fille innocente, aimant à problème est raté et Leelee Sobieski n’est franchement pas terrible dans le rôle.
  • The Social Network (2010) : papatte Réalisation impeccable, casting impeccable, scénario vraiment prenant. Ça me fait un peu repenser à ce que m’avait fait éprouver Zodiac : une sensation de propreté et de perfection. Le petit hic, c’est que c’est tellement réussi qu’il est difficile de faire la part des choses entre la réalité de la vie de Mark Zuckerberg et celle de son alter-ego sur l’écran. Il est très tentant de croire tout ce qu’on nous montre tellement ça semble logique et coller à l’idée qu’on se fait de ce type de personnage. Reste qu’il s’agit d’une fiction et qu’il est bon d’aller un peu confronter la fiction à la réalité après le visionnage. Car autant le Mark du film est finalement à plaindre à la fin, autant celui de la réalité est probablement juste un petit con qui était au bon endroit au bon moment.
  • Doubt (2008) : papatte Le film est très bon, donne une vision intéressante de l’enseignement privé aux USA dans les années 60 et Meryl Streep mérite largement les prix d’interprétation qu’elle a reçus pour son rôle mais la fin laisse dans le doute le plus absolu. C’est là le nœud de l’intrigue au final et ce qui fait le véritable intérêt du film. Coupable ou non coupable. Et coupable de quoi exactement d’ailleurs. J’ai beau avoir un avis sur la question, il n’y a pas moyen de savoir vraiment puisque seul le réalisateur/auteur de la pièce et l’acteur interprétant le prêtre savent.

6 thoughts on “Films vus 78

  1. District 9, au ciné, le combat final, il fait mal :p Pour le reste de ce que j’ai vu (Toy, Social) tout d’accord, mais Toy je l’ai vu en vf, et entendre Grand Corps Malade faire la voix de du clown triste, c’était juste hilarant et hyper bien trouvé :-)

Comments are closed.