Avis : La Rose de Versailles de Ikeda Ryoko

Initialement publié sur Cinemasie le 13 octobre 2002 avec la note à la pointe de l’épée de 3,5/5
Un bon « gros » shôjo finalement assez prenant
Finalement ce qu’il y a de bien dans ce manga c’est qu’il ne ressemble pas à l’anime (enfin pas aux souvenirs que j’en ai en tout cas). En effet, bien que romancé, on ne sombre pas non plus dans les histoires à rallonge qui faisaient oublier qu’il y avait un contexte historique proche de la réalité. Pourtant au premier abord, il est difficile de croire en cette image si innocente de la reine Marie-Antoinette, surtout quand on ne se rappelle plus trop des cours d’histoire de Seconde comme moi. En début de lecture, j’ai donc eu du mal à me laisser porter par l’histoire à cause de cette aspect historique qui est tellement bien conté que l’on a du mal à faire la part du vrai et du romancé. Ça m’a forcée à prendre trop de recul et ainsi ne pas vraiment apprécier ce que je lisais. Et finalement, en se renseignant un minimum, il est facile de se rendre compte que Riyoko Ikeda est très bien documentée.

Quant au personnage d’Oscar, qui partage la vedette avec la reine et Fersen, il n’est pas étonnant qu’il ne laisse personne indifférent, en particulier les dames. Bien que tout le monde soit au courant qu’il s’agit bel et bien d’une femme (comme dans l’anime d’ailleurs), son caractère intègre et son intelligence face aux affaires de la cour, le rend extrêmement séduisant et digne d’intérêt, y compris à la lecture. Le fait que le dessin de son visage soit souvent le même (au sens : yeux plissé, toujours le même regard, menton lunaire et sourire en coin) joue d’ailleurs beaucoup dans la perception que l’on a du personnage et il vaut mieux ne pas regarder dans les détails sous peine de gâcher un peu cette image si parfaite.

Il serait cependant difficile d’oublier qu’il s’agit d’un shôjo. Tous les éléments sont là : yeux qui brillent (c’est très fatigant par moment, car il n’y a jamais un regard sans une grosse étoile au milieu qui éblouit tout le monde) et histoires d’amours impossibles surtout avec ce stéréotype d’androgyne qui aime en secret mais ne voit pas qu’elle même est aimée en secret. Il y a des méchants, des gentils, c’est dramatique, c’est beau et tout le monde pleure (enfin surtout sur le papier). En tout cas, ça se laisse très très bien lire (merci à Kana pour cette surprenante édition qui aura le mérite de ne pas tenir le lecteur en haleine plus de 3 mois). Par contre, les traditionnelles traces d’humour présentes ça et là sous forme de dessins plus ridicules m’ont laissées pour le moins indifférentes.

Il est clair que, comme pour Candy Candy, ce manga ne s’adresse pas aux amateurs de bastons sanglantes mais aux âmes sensibles, de préférences de type féminin et aux curieux. Et malgré le fait qu’il ait fallu 30 ans pour que La Rose de Versailles arrive jusqu’à nous, ce qui sous-entend un vieillissement certain du style, c’est toujours intéressant de lire un manga qui a suscité l’immense intérêt des jeunes japonaises de toute une génération pour la France.

8 thoughts on “Avis : La Rose de Versailles de Ikeda Ryoko

  1. Bah oui mais t’es marrante toi, c’est super vieux comme manga! C’était les critères à l’époque. En tout cas l’animé aura bercé mon enfance et je suis une fan de Ikeda. Elle s’est évidemment renseignée vu qu’elle a fait ses études en France, d’où son choix.
    Est ce que ton avis prend en compte le 3ème volume, qui se situe à part et est si…particulier? L’intérêt qui l’a poussée à le faire m’échappe.
    En tout cas une chose sympa avec elle, on n’a pas 36 000 volumes et la réédition tient en 2 gros volumes (+ le spécial), et ça tu pourrais le dire dans ton avis quand même pour ceux qui ne le savent pas. :-P

    Toujours de la même je suis en plein matage de « Très cher frère » que je débute à peine. A ce qu’il parait il est tordu comme animé/manga. Je n’ai jamais compris la fascination des petites japonaises pour les filles du même sexe qu’elles idolâtrent comme des folles et dont on dirait qu’elles tombent amoureuses. Sick! o_O » On dira que c’est culturel et je ne chercherais pas plus loin.

  2. Je rappelle que cet avis date de 2002, c’est précisé en début de post. Je reconnais que ces vieux avis sont sortis de leur contexte (ie cinemasie, sa base de données et les éventuelles références au format ou aux avis environnants) mais mon but ici est surtout de faire un « backup » de mes textes.
    Le 3ème tome n’était pas sorti à l’époque et je n’ai pas revu mon avis après l’avoir lu.

    J’ai lu le manga Très cher frère, beaucoup aimé, très noir et triste.

  3. J’ai bien lu le début, je déplore de constater que tu n’as pas pris la peine de mettre ton avis à jour, afin d’être plus complète dans les infos ou de rajouter des choses.

    Pour « Très cher frère », je n’ai pas encore d’avis, si ce n’est que les dessins n’ont pas forcément bien supporté le passage du temps, car je n’en suis qu’au 4ème épisode je crois. S’il y a une histoire, je ne suis pas sure qu’elle ait réellement commencé, et à l’époque de sa diffusion partielle chez Dorothée, je ne l’avais pas vu. Je découvre donc cette série qui semble t il avait suscité toute une polémique sur son « immoralité ». Ah le bon vieux temps!

  4. Et bien maintenant tu sauras que tu n’as pas besoin de perdre ton temps à lire les avis estampillés « Cinemasie » car ils ne seront pas retouchés.

  5. Du tout. Je veux juste centraliser un peu tout mon « travail » au même endroit. Je fais ça petit à petit, surtout en période de vacances. A l’occasion je remettrai aussi ce que j’ai fait pour les mag’ ABFA et V&S. Mais en aucun cas ça ne sera retouché, il s’agit de témoins du passage du temps. Si je dois recritiquer un manga ou autre, ça sera un avis totalement neuf. Mon regard, mon style, mon expérience ont changé au fil des années et je trouve plus intéressant d’en garder une trace telle quelle.
    Tout comme je ne modifie jamais les vieux articles de ce blog.

  6. Ok! Je ne fais pas comment tu fais pour résister à une retouche, c’est le truc tentant comme dans la pub où ils parient qu’ils ne vont prendre qu’un seul Granola et craquent. ^^
    Mon objectif 2011, me débarrasser de tous mes livres papier et éventuellement relire certains mangas avant de les brader s’ils ne sont pas tombés en poussière (sauf les « Candy » que je garde précieusement) et « Versailles no Bara » fera une belle relecture.

Comments are closed.