Avis : Planètes de Yukimura Makoto

Initialement publié sur Cinemasie le 6 octobre 2002 avec la note lunaire de 4,5/5 et un petit cœur
Une histoire (extra-) ordinaire

Une histoire sur les ramasseurs de débris dans l’espace ? Pourquoi pas ? Au premier abord, ça n’est pas forcément attirant bien qu’original. Et pourtant ce manga bénéficie d’une très bonne réputation et c’est celle-ci qui a finalement eu raison de mon indifférence envers lui. Et quelle bonne et belle surprise !

La grande force de ce manga, c’est la façon dont tout parait tellement familier, ordinaire. Certes la petite équipe des éboueurs a un travail hors du commun mais finalement pas si imaginaire que ça quand on pense aux quantités de satellites que l’on envoie dans l’espace chaque année. Après quelques chapitres habilement menés, on a l’impression de vivre en apesanteur avec des protagonistes plus que crédibles. On partage avec eux les mésaventures qu’ils rencontrent et les allers-retours sur Terre sont comme des vacances ordinaires dans la famille. Rencontrer une lunarienne ou faire une petite sortie dans l’espace pour récupérer un cercueil ne parait pas plus anormal que ça et avoir à faire aux « protecteurs de l’espace » qui luttent pour la protection de l’environnement spatial n’est pas sans rappeler certains mouvements écologiques actuels.

Malgré l’époque future, on souffre aussi dans l’espace, on se retrouve face à des maladies incurables. L’avenir n’est pas forcément rose pour tous et la famille restée sur Terre doit apprendre la patience. Cela les astronautes le savent et pourtant cela n’empêche pas les passionnés de vouloir aller toujours plus loin. On glisse donc doucement vers l’histoire d’un seul personnage qui passe au premier plan et dont le rêve le plus cher est d’avoir sa propre navette. Pour cela, il est prêt à s’engager comme membre d’équipage sur un vaisseau en construction à l’autre bout du système solaire. L’histoire gagne en densité et en complexité avec l’apparition de nouveaux personnages clés. Ça en devient de plus en plus passionnant pour le lecteur qui, malheureusement, pour l’instant est condamné à rester sur sa faim (je veux le 3ème tome ! !).

Tout cela peut paraître bien sérieux mais c’est sans compter sur le sens de l’humour de l’auteur qui arrive à dépressuriser avec habileté des scènes quelque peu tendues. Et parce que les personnages sont ce qu’ils sont, ils leur arrivent parfois de péter un câble comme Fi, prête à tout pour fumer tranquillement sa clope. Les retrouvailles en famille sont assez spéciales dans leur genre aussi. Des bons éclats de rire en perspective en tout cas.

Beaucoup le disent et préviennent que le dessin en fera fuir plus d’un. Effectivement le style est assez particulier mais toujours très soigné. Il faut peut être faire l’effort de passer outre ou de prendre le temps de s’y habituer. En tout cas, il serait dommage de juger un peu vite ce manga sur le résumé au dos ou un rapide feuilletage en diagonale. Il vaut vraiment le coup de se plonger dedans et de découvrir avec quel talent cet auteur arrive à créer un environnement cohérent qui paraît si ordinaire et à faire interagir des personnages aux sentiments humains plus que réalistes.