Avis : Eternal Kiss of Darkness (Night Huntress World 2) de Jeaniene Frost

Synopsis : Kira rêve d’être détective de police mais parce qu’elle a du témoigner contre son ex-mari, un flic finalement tué en prison, personne ne veut d’elle. Son premier mariage désastreux et tous les conjoints infidèles qu’elle file en temps que détective privé ont rendu Kira très prudente vis-à-vis des relations. Alors qu’elle rentre à la maison après une nuit de planque, elle interrompt ce qu’elle croit être l’attaque d’un beau jeune homme par un gang. Mais avant de perdre connaissance, Kira voit des choses impossibles -des crocs, une vitesse surhumaine et la « victime » tuant ses assaillants dans même les toucher. Quand elle reprend conscience, elle découvre que l’homme qu’elle a essayé de sauver n’est pas humain -pas plus que ses assaillants. Pire encore, le vampire charismatique ne veut pas la laisser partir, parce que maintenant elle sait ce qui se cache dans la pénombre.

Mencheres est un maitre vampire de plus de 4000 ans qui a perdu son pouvoir de prescience, ce qui le fait douter quant à son utilité en temps que leader. Par dessus ça, un ancien ennemi enquête sur Mencheres pour violation des lois vampiriques et Mencheres sait que ce vieux maitre vampire ne s’arrêtera que quand il l’aura détruit. La dernière chose dont a besoin Mencheres est d’avoir un humain sur le dos mais il ne pouvait tout simplement pas laisser Kira mourir après qu’elle ait essayé de le « sauver ». Ses plans de guérir Kira et de lui effacer la mémoire échouent quand il découvre que Kira est immunisée contre le contrôle de l’esprit. Kira représente un problème : il ne peut pas l’hypnotiser pour qu’elle oublie tout ce qu’elle a appris sur les vampires et les goules mais s’il la laisse partir et qu’elle raconte tout au reste du monde, le Gardien de la Loi qui est à ses trousses aura la preuve dont il a besoin pour le détruire.

 

Avis : Même si First Drop of Crimson m’avait un peu laissée sur ma faim (trop romance, pas assez action), je ne peux pas imaginer ne pas lire un livre de Jeaniene Frost dès sa sortie. Je suis trop accroc à Cat&Bones pour ça. Là, non seulement il y a un extrait du tome 5 (The Other Side of the Grave) à la fin -que je me suis dépêchée de dévorer bien-sûr- mais en plus on sait à l’avance qu’on va les retrouver à un moment ou à un autre de l’histoire -bon, soyons honnête, leur apparition est plus un caméo qu’autre chose. Il n’empêche que c’est une très bonne motivation pour se lancer dans le livre et même si nos héros favoris sont peu présents, le reste de l’histoire suffit à coller le livre aux doigts.

 

Dès le départ, les bases posées sont bien meilleures que dans First Drop of Crimson. Contrairement à Denise, Kira a l’avantage d’arriver avec un métier un peu plus passionnant, une famille et un passé un peu plus travaillés. Elle a une personnalité moins effacée et on s’y attache très rapidement. Quant à l’homme du jour, il est comme Spade, encore suffisamment mystérieux pour qu’on ait un réel désir d’en savoir plus mais déjà bien établi pour porter l’histoire sur ses épaules. Sa rivalité avec Radjedef va nous permettre de remonter dans le temps et de découvrir un peu la branche égyptienne des vampires. Une idée plutôt bienvenue qui contribue à donner une vraie profondeur au personnage de Mencheres, expliquant d’où il vient, ce qu’il a vécu au cours de sa longue vie et de là le pourquoi de sa lassitude et pourquoi Kira attire tant son attention alors qu’elle n’est qu’une femme parmi des dizaines dans sa vie. Mais comme le dit le proverbe : « le cœur a ses raisons que la raison ne connait pas » et ça s’applique à merveille à Mencheres vu qu’il est le premier surpris par la tournure que prend sa relation avec Kira. Chose qui marche avec Mencheres et qui ne marchait pas aussi bien avec Spade d’ailleurs. Mancheres est quelque part suffisamment déconnecté du monde, suffisamment vieux et puissant pour être un peu comme un homme politique qui a perdu le sens de certaines réalités. Du coup il ne peut que trouver rafraichissante sa rencontre avec Kira. Après les événements du tome 3, il est tout à fait logique que Mencheres en soit arrivé à ce point crucial de sa vie. Ce tome lui permet d’avancer alors qu’il se croyait arrivé au bout de la route et par certains aspects me semble plus essentiel à lire dans la continuité de l’univers Cat & Bones que First Drop of Crimson.

 

Bien-sûr, ça reste avant tout de la romance paranormale. Même si la persistance de Radjedef à vouloir faire chuter Mencheres et ses conséquences se développent doucement en fond dans la première partie du livre, elle n’arrive vraiment sur le devant de la scène qu’au bout de 200 pages. Le début a tendance à être un peu longuet et on tourne un tantinet en rond avec Mencheres qui n’arrête pas de radoter comme quoi il veut mourir mais il ne comprend pas pourquoi il est attiré par Kira. C’est ça le grand âge… mais là où l’histoire prend par surprise c’est que la résolution du problème de ce genre d’histoire d’amour arrive bien plus vite que prévue et c’est une bonne chose pour la dynamique de l’histoire. Pour le reste, l’histoire entre les 2 répond aux éternels codes de la romance : ils se me posent des questions : « lui fais-je de l’effet ? » puis viennent des moments de franchise, une scène où elle le voit nu et mouillé (douche, piscine : même combat) et ne peut s’empêcher de l’admirer, une première fois interrompue qui laisse tout le monde sur sa faim et une première fois non interrompue (enfin) qui déchire sa race qui prend un chapitre complet et qui ne nous épargne rien tout en prenant soin de ne pas appeler un chat un chat. C’est sans doute ce côté cliché qui fait que j’ai tant de mal avec les romances. Heureusement encore une fois qu’il s’agit de Mencheres et Kira car ça manque décidément de tout ce qui fait le charme des Cat&Bones : l’humour et les grands moment de WTF. Par contre une fois qu’on sort du huis-clos et qu’on a des intervenants exterieurs pour pimenter l’histoire, ça devient tout de suite plus palpitant. Les démonstrations de force de Mencheres sont particulièrement impressionnantes. Absolument sans comparaison avec tout ce qu’on a pu voir jusqu’à présent dans la série et ça justifie bien sa position dans la hiérarchie. Et c’est sans doute pour ça que j’ai pris plus de plaisir à lire ce tome que le précédent. Mais ça reste loin derrière un bon petit Cat&Bones.

 

Mencheres made love like he’d invented the act.

Note :

Lire en VO