Films vus 72

Avis en 24 images/s
  • The Boys Are Back (2009) : Papatte Très beau film sur la reconstruction pas forcément évidente d’une famille après un décès. Mais préparez les mouchoirs, j’ai passé la première moitié du film à pleurer comme une madeleine. Les réactions du jeune garçon étant un déclencheur imparable. Je crois que je n’avais pas vu de film de Scott Hicks depuis Shine qui m’avait déjà bouleversée. Il faut dire que le réalisateur se fait de plus en plus rare et c’est bien dommage.
  • Crank: High Voltage (2009) : Papatte Exactement du même niveau que le 1, c’est à dire une « œuvre » de mauvais goût assumé qui m’a atterrée au plus haut point. Le film n’a rien pour lui, c’est poussif, mal filmé, grotesque, ridicule et même pas drôle (sauf si on compte le rire jaune). Il faut vraiment être fan de Statham pour l’endurer. Ou…vouloir voir Bai Ling dans un rôle qui lui sied à ravir.
  • G.I. Joe: The Rise of Cobra (2009) : Papatte Agréable surprise. La première heure est très très bien fichue, l’action aussi. Je pensais que la scène de la Tour Eiffel arrivait beaucoup plus tôt dans le film vu l’impact sur l’histoire. Par contre Scarlett ne tient pas du tout la route. Que de la gueule, sur le terrain, elle n’assure pas beaucoup. Sans parler de sa petite crise au milieu pour cause d’échec. Ma fille, prends exemple sur Tangier ! Tu verras ce que c’est une femme soldat !
  • The Invention of Lying (2009) : Papatte Les premières minutes sont hautement perturbantes. Leur problème dans ce film n’est pas de ne pas savoir mentir, c’est surtout qu’ils ne savent rien garder pour eux et disent tout à haute voix. Le sujet du film n’est pas sans rappeler un épisode de la saison 6 de House : Ignorance is bliss qui arrivait au même conclusion ; ie on ne ment pas que pour blesser les autres ou les manipuler mais aussi pour les protéger de certaines vérités. Le film est à la fois drôle, ironique et touchant. En passant, le casting est assez impressionnant, on voit que Ricky Gervais a de bons Guanxi dans le milieu :)
  • The Brothers Bloom (2008) : Papatte J’avais adoré Brick et j’ai retrouvé ici la folie de la mise en scène de Rian Johnson. Il se passe tout le temps un truc quelque part dans le cadre ou alors ça ne se déroule pas comme ça devrait, c’est très stimulant. En plus Rachel Weisz est absolument géniale dedans. Aussi folle que la mise en scène. J’ai beaucoup ri, j’ai aussi eu le cœur serré à la fin. Peut-être quelques longueurs dans la deuxième moitié mais de toute façon un film à voir.
  • The Chronicles of Narnia: Prince Caspian (2008) : Papatte Je suis toujours aussi surprise de voir tant de violence, de morts et de noirceur chez Disney mais ça donne de la profondeur au film et ça n’est pas plus mal. Ça rattrape un peu les scènes qui tombent comme des cheveux sur la soupe où les acteurs semblent ne pas savoir quoi faire (j’ai eu une violente impression d’Uwe Boll à un moment) ou les scènes qui auraient du être plus longues ou coupées ou ne pas être. Il se laisse plutôt bien regarder une fois, sans doute pas deux. Bien-sûr Barnes fait du Barnes et il va encore falloir le supporter dans les suites.
  • The Bounty Hunter (2010) : Papatte : tout simplement mauvais. Pas d’histoire, pas d’action, pas d’alchimie entre les « héros », pas drôle non plus. Long en plus. Peut-être que ça a été marrant à tourner pour les acteurs, pour le spectateur que je suis, ça l’était beaucoup moins. Dommage, j’aime beaucoup Butler.

1 thought on “Films vus 72”

  1. Je ne suis pas tout à fait d’accord à propos de crank 2. Je le trouve bien plus mauvais que le 1 qui sans être bon, se laissait regarder. Celui là est d’une nullité affligeante!

Comments are closed.