Avis : Homecoming de Patricia Briggs, David Lawrence, Francis Tsai et Amelia Woo (Mercy Thompson comics)

Avis : En parallèle des livres et comme d’autres séries d’Urban Fantasy qui y ont eu droit avant, la série des Mercy Thompson a connu une adaptation en comics. Homecoming est un peu ce que First Death est aux Anita Blake : une introduction. En l’occurrence, il s’agit de l’arrivée de Mercy à Tri-Cities, de son entretien pour suivre son chemin dans l’enseignement puis de sa reconversion dans la mécanique et bien entendu de sa rencontre avec le pack local et Adam. Beaucoup de choses qui sembleront très familières aux fans de la série et qui a priori leur feront particulièrement plaisir. Tout donne la sensation d’arriver un peu trop vite et d’un seul coup mais l’histoire tient plutôt bien la route quand on tient compte du nombre de pages et de la rapidité à laquelle tout cela se lit. Seul vrai bémol : la non-linéarité de l’histoire qui est assez perturbante par moment, surtout qu’elle n’est pas justifiée sauf si le but était de ménager un pseudo-suspens dont l’histoire n’avait pas besoin et qui ne sert qu’à perturber le lecteur.

Là où il y avait plus de craintes à avoir, c’est bien-sûr au niveau de l’aspect graphique ; les comics pouvant offrir le meilleur (Brett Booth si tu lis ces lignes) comme le pire (Complétez avec les noms qui vous viennent à l’esprit). La Mercy dessinée ici n’a pas le charme de la Mercy des couvertures des livres (y compris de ce volume (ie relié) qui est également signée Daniel Dos Santos) et certaines planches sont tout simplement moches. Entre défaut de proportions et expressivité des traits ratée, il a beaucoup de choses à redire. Mais en contre partie, certaines planches sont vraiment très réussies surtout au niveau de la colorisation, notamment les couvertures des TPB, certains gros plans sur les visages et les scènes avec les loups. Le problème c’est que les techniques et le chara-design semblent évoluer d’un plan à l’autre, sabotant complétement l’homogénéité de l’ensemble.

De plus, comme le monde du comics l’exige trop souvent, Francis Tsai « a reçu » une proposition visiblement plus « intéressante » au bout de 2 numéros. Ceci expliquant le style peu raccord d’un seul coup. Mais peut-être pour le mieux en l’occurrence. L’arrivée d’Amelia Woo semble finalement être plutôt une bonne chose. Sa Mercy est plus jolie (ce qui est un critère essentiel pour juger du travail de l’artiste ici), ses colorisations plus chaleureuses. Elle semble juste avoir un léger problème avec les scènes d’actions et le mouvement qui paraissent peu naturel mais elle est peut-être plus courageuse au niveau des angles de vue qu’elle prend pour représenter ses scènes. Dommage que ses loups soient peu convaincants malheureusement.

Une chose bonne à savoir : dans les deux cas, il n’y a pas eu d’hésitation à représenter Mercy nue. Comme quoi tout est possible dans le monde du comics finalement et bien-entendu on pense à certains tomes un peu plus explicites des Anita Blake (oui, Anita un jour, Anita toujours) qui poseront ou pas problème à l’avenir.
Au final, Homecoming est un tome unique qui mérite grandement d’être lu par tout fan des Mercy Thompson pour en apprendre un peu plus sur le début d’une série hautement sympathique. A ne pas rater, même s’il faudra pardonner aux dessinateurs leurs défauts respectifs.

Note :

Lire en VO

3 thoughts on “Avis : Homecoming de Patricia Briggs, David Lawrence, Francis Tsai et Amelia Woo (Mercy Thompson comics)

  1. Certes je sais pas du tout dessiner donc je ferais mieux de me taire mais c’est quand même abusé là avec Francis, c’est quoi ce visage sur la deuxième image…ça moi aussi je peux le faire…peut-être me reconvertir en dessinatrice de comics vu que maintenant on peut dessiner avec ses pieds.

  2. C’est clair que l’Urban Fantasy a droit à son lot d’adaptation (d’ailleurs j’attends The Hollows qui est aussi une prequelle), mais on peut aussi dire que c’est le cas dans les autres genres, entre Dean Koontz (avec notre ami Brett Booth au dessin hein), Stephen King, R.A. Salvatore ou encore les DragonLance, y en a pour tous les goûts. Aucun intérêt ce que je dis si ce n’est faire de la pub à ces séries ^^
    Certes, on aime tous Brett Booth qui est aussi pour moi un de mes préféré. UN de mes préférés puisqu’il y a aussi dans mon cœur Jae Lee qui transforme de simples comics en véritable poésies (ou comment arriver a faire ressortir les émotions les plus tristes chez Hulk). Par contre, j’ai plein de mauvais souvenirs pour d’autres dessinateurs, mais comme c’était mauvais, j’ai pas retenu les noms et ne peux pas les mettre dans la case vide.
    J’aimerai savoir, et là, enfin, je vais parler de Mercy Thompson (bah dis donc) : un fan prendrait son pied puisqu’il aime le perso et l’univers etc, ce que j’ai ressentie pour Dresden qui se passe aussi avant les romans, mais justement, même si, connaissant les romans, on prend un max de plaisir, ça reste des histoires se passant avant, alors même si j’ai conseillé moi-même de lire au moins un tome en roman avant le comics, la question reste : est-ce qu’on peut aussi conseiller, à quelqu’un qui le demanderait (en l’occurrence moi pour MT), de commencer à lire les aventures du héros avec ces comics qui précède (chronologiquement) les romans ?
    Bon, sinon, bravo pour la critique très détaillée et très intéressante, t’as vraiment un don !

  3. J’aurais tendance à dire comme toi. Qu’il vaut mieux lire au moins un tome des livres avant de lire le comics, ça lui rajoute du charme d’en connaître d’avance certains aspects qui ne peuvent pas voir le même impact quand on ne connait rien du tout de l’histoire avant. Cela dit ça peut peut-être intriguer suffisamment pour avoir envie de lire le reste mais quelque part j’en doute. Il ne me viendrait pas à l’idée de lire « Welcome to the Jungle » sans avoir lu un peu de Dresden avant, j’aurais la sensation de rater des choses.

    Merci pour le compliment :O) (et ça n’est pas un don mais de l’entrainement ;) )

Comments are closed.