Avis : The Great Adventures of the Dirty Pair de Haruka Takachiho et Yoshikazu Yasuhiko

The great adventures of the Dirty Pair
Résumé : Key et Yuri sont envoyées sur Dangle pour enquêter sur l’explosion d’un laboratoire scientifique de la compagnie Gravas Heavy Industries. A peine arrivées dans l’atmosphère de la planète, elles se retrouvent face à un comité d’accueil bien décidé à ne pas les laisser atterrir. Une fois au sol, c’est encore pire.

 

Avis : Mon rêve se réalise enfin. Grande fan de la Dirty Pair que je suis (rien de cochon la dedans), j’avais le vain espoir de pouvoir lire un jour les romans dont est tirée la série (et les OAV et les comics etc.). Par le plus grand des hasards en cherchant les dvd, j’ai découvert que les-dits romans avaient été traduits en anglais en 2007-2008. Oh Joie !! Ni une ni deux Amazon est mon ami ! La chose à savoir tout d’abord c’est que l’histoire est racontée du point de vue de Kei et c’est ma préférée des deux <3. Ensuite l'écriture n'est pas sans rappeler dès le départ ce que sera la série par la suite : humour, action et crêpage de chignons. Le pied total <3 Le livre s'ouvre sur une double intro. D'abord on a un petit aperçu des catastrophes dont peuvent être responsables la Dirty Pair vu qu'elle arrive sur la planète en faisant exploser quelques vaisseaux en vol. Vient ensuite une vraie présentation des personnages et de l'univers ce qui permet d'apprendre exactement ce qu'elles font, pour qui elles bossent et surtout qu'elles ne sont pas lesbiennes...pourtant... enfin bref. On apprend surtout qu'elles ont le don de clairvoyance et que c'est pour cette raison qu'elles ont été recrutées par la 3WA et travaillent toujours ensemble malgré leur propension à déclencher des cataclysmes partout où elles passent. C'est le "détail" qui n'a pas été retenu par la suite et sur lequel les livres reposent pourtant. De même, leurs jolies petites tenues échancrées de partout sont en fait des "combinaisons intégrales" avec un film protecteur sur la peau qui les protège de beaucoup de choses y compris des balles. Plutôt classe je dois dire. Yuri a un joujou sympa qu'on ne voit pas vraiment ailleurs et qui est la "Bloody Card" : une sorte de carte à jouer en métal, ultra-tranchante, capable de rester en suspension dans l'air et téléguidée à distance. Il n'y a pas à dire, on apprend des trucs très sympa dans ce livre. Mais revenons à l'enquête de cette première nouvelle. Pour tout dire on se croirait dans un épisode. Il s'agit d'une histoire inédite mais elle aurait très bien pu être adaptée telle quelle. L'intrigue est simple, la réflexion n'est pas poussée et tout se déroule très vite. La révélation finale arrive d'un coup sans aucun moyen de savoir avant d'où elle peut sortir mais d'un autre côté ça n'est pas forcément grave sachant qu'il s'agit de la première aventure. L'action est très présente mais marcherait sans doute mieux à l'écran. Ce qui est surprenant c'est la manière dont Yuri est effacée dans l'histoire, elle n'intervient que pour éviter à Kei de monologuer et apparait comme relativement stupide alors que dans la série elle est plutôt la voix de la raison. Ça n'empêche pas pour autant Kei de louer leur grande beauté à toutes les deux...

We flew gracefully between the complicated lattice of trusses like a pair of nymphs. Add our sexy outfits and transparent metallite alloy spacesuits to our naturally good looks, and you can see what I mean, can’t you? I was swept with an overwhelming confidence in how beautiful I must look. That’s it! It wasn’t that we felt things were going too easily. The fact was, we were frustrated that there wasn’t anyone around to admire us.

The case of the Backwoods murder
Résumé : La Dirty Pair est envoyée sur la planète-casino de Lamier pour enquêter sur une affaire de meurtre. C’est là que Yuri retombe sur deux amis d’enfance : Thunder et Lucha dont la présence sur Lamier ne peut être une coïncidence, surtout qu’ils connaissaient la victime.

 

Avis : J’ai trouvé cette seconde aventure vraiment bien meilleure que la première. L’histoire est mieux fichue et plus dense. Le meurtre est juste le point de départ de quelque chose de bien plus gros et les évènements se succèdent à un bon rythme alternant enquête et action jusqu’au dénouement explosif (c’est la Dirty Pair quand même, il faut que ça pète). En à peine plus de 130 pages, ça n’est pas mal du tout. Et puis Mugi est vraiment mis à contribution cette fois. Mugi c’est le gros chat noir de la couverture, il ressemble à une grosse boule de poils marrons dans la série mais ici c’est vraiment un gros félin très utile avec des gros tentacules qui lui sortent du dos, des bouts d’oreilles ultra-sensibles aux vibrations et surtout une intelligence probablement supérieure à celle d’un humain. Il est en plus capable de manipuler les ondes électromagnétiques. Il leur sauve la mise à plusieurs reprises. Par contre, encore une fois, Yuri n’en ressort pas grandie. Les descriptions données par Kei l’enfoncent vraiment et même s’il s’agit d’un avis subjectif, il est sacrément dévalorisant. A croire qu’il n’y a que Kei qui est capable de prendre des initiatives dans le « couple » et on se demande comment elles font pour se supporter depuis le collège. Rien à voir avec la Yuri de la série en tout cas et c’est bien dommage. Kei par contre est égale à elle-même, voire même plus puisqu’on découvre les facettes « joueuse de casino » et « ne pense qu’aux mecs même en mission » qui ont été reprises par la suite. Elle est tout de même sacrément impressionnante entre la très grande gueule, la gâchette facile et son obsession pour son beau corps et les beaux mecs plutôt virils et plus âgés.
Les 3 grosses scènes d’action qu’il s’agisse de courses de voitures aériennes ou d’échanges de coup de rayon laser marchent bien sur le papier et m’ont paru plus prenantes et mieux gérées que dans la première nouvelle. Dommage que le rythme soit cassé par les rappels de ce qu’est la 3WA, comment marche la Bloody Card et la description du Lovely Angels. Des détails qu’on avait déjà eu dans la nouvelle juste avant et qui pour le coup font très répétitives. Ça n’est pas encore parfait mais ça fait passer un bon moment.

Le livre propose également une vingtaine de dessins signés Yoshikazu Yasuhiko a qui l’ont doit pas mal de Gundam, Arion, Crusher Joe et Jeanne que j’ai lu il y a quelques années. Déjà de jolies gambettes dépassant de leurs combinaisons argentées :)

Note :

Lire en VO