Avis : Covet de JR Ward (Fallen Angels 1)

Covet de JR Ward Résumé : A ma droite : les anges. A ma gauche : les démons. Entre les deux, une guerre ancestrale qui pourrait enfin toucher à sa conclusion. Les deux camps ont choisi un champion qui aura pour tâche d’essayer de sauver les âmes de 7 pêcheurs. S’il échoue : les démons gagnent et le monde est anéanti. Si les anges gagnent : les hommes seront sauvés. C’est le poids qui échoue lourdement sur les épaules de Jim Heron, ancien militaire reconverti en ouvrier qui n’aspire qu’à l’anonymat. Sur son chemin, il va croiser Vin, un promoteur immobilier pour qui l’argent et le luxe sont une fin en soi et qui pourrait bien être son premier client.

 

Avis : Avec la série des Fallen Angels, JR Ward abandonne la Confrérie de la Dague Noire (BDB) et ses vampires pour nous plonger dans une nouvelle histoire de bien contre le mal avec des hommes propulsés à la testostérone dedans. Comme ça, on pourrait presque se dire : on prend les mêmes et on recommence sauf que… de mon point de vue, c’est très loin d’être aussi palpitant. La lecture du sujet m’avait laissé assez dubitative ; les anges, Dieu, tout ça, ça ne m’inspire pas vraiment mais voilà j’avais confiance en JR Ward pour me retourner comme une crêpe et me donner des frissons. Ça commençait même à sentir plutôt bon dès le départ. L’action se passe à Caldwell c’est à dire la même ville que pour les BDB et le début est d’ailleurs truffé de clins d’œil à l’autre série : Trez est là, le Reverend est cité, Vin a un appartement dans le Commodore et on croise même Phury sans que son nom soit donné. Sans parler de Marie-Thérèse qui travaillait au ZeroSum et maintenant au IronMask. On est en terrain plus que connu et le style si particulier de l’auteur est là pour nous conforter encore plus dans ce sentiment (et sauve pas mal le livre aussi d’ailleurs). Alors certes, ça ne démarre pas sur les chapeaux de roues, il faut le temps de faire la connaissance de nos différents personnages principaux : Jim, Vin et Marie-Thérèse. Puis il faut que Jim comprennent ce qu’on veut de lui, ce qui donne des scènes très drôles où il interprète les publicités à la télé pour en extraire le message divin. Dark Lover aussi j’avais trouvé que ça avait un peu de mal à décoller au début et maintenant je suis complètement accro et je me ronge les ongles jusqu’au sang en attendant Lover Mine. Ici, il m’aura fallu attendre la page 170 pour sentir un soupçon d’intérêt s’éveiller en moi. Il s’est rapidement rééteint tellement les grandes lignes m’ont paru prévisibles…la fin aussi. La romance est certes jolie mais je ne suis pas cliente quand ça ne se borne qu’à ça. Il me faut la bestialité d’un Zhadist ou les taquineries d’un Bones pour vraiment attirer mon attention. Dans l’ensemble, je constate que je ne me suis pas vraiment attachée aux personnages. Ce qui n’aide pas. Oui, Jim est mystérieux, intrigant, dangereux, beau et musclé. Vin est moins ma tasse de thé mais c’est un mâle typique à la JR Ward. Marie-Thérèse est quant à elle assez fade même si le personnage est travaillé.

 

Le problème avec Covet, c’est surtout son intrigue. A aucun moment, je ne me suis sentie prise par surprise. A aucun moment, je n’ai eu de doute sur la fin. C’est globalement linéaire et sans aspérité. Sauf peut-être lorsqu’enfin Jim nous montre de quoi il est capable et que son passé de militaire refait surface pour faire avancer les choses. Ça c’est quelque chose que je veux revoir plus souvent. Tout comme cet scène d’exorcisme rudement bien fichue qui ferait pâlir de honte Morgane Kingsley. Pour le reste, je ne suis pas sûre qu’il en reste beaucoup dans ma mémoire dans un mois.

 

De manière plus générale, l’idée de base de cette série aurait pu être pas mal mais le dénouement est d’ores et déjà prévisible. Dans l’introduction, il est dit qu’avec un pool de 7 âmes, il est impossible de faire match nul. Doit-on comprendre que dès que Jim aura sauvé 4 âmes, la partie sera fini ? Est-ce qu’on assistera vraiment à des manches où il échouera ? Je me projette un peu loin peut-être et c’est déjà le signe que je lirai sans doute la suite par curiosité mais vraiment ça sera sans réel plaisir et toujours avec l’espoir que JR Ward secoue un peu tout ça et donne aux anges déchus la même énergie qu’à ses vampires.

Seven deadly sins. Seven souls swayed by these sins. Seven people at a crossroads with a choice that must be made. You enter their lives and affect their path. If they choose righteousness over sin, we prevail.

Lire en VO