Avis : The Devil you know (Moindre mal) de Jenna Black

the devil you know de Jenna Black Résumé : Quand le danger ne vient pas de l’intérieur, il vient du passé. Morgane Kingsley se retrouve confrontée à une secret de famille qui va bouleverser sa vie. Et comme si ça ne suffisait pas, elle entame un jeu du chat et de la souris avec un nouveau démon à la recherche de Lugh ; en espérant qu’elle ne finisse pas dans le rôle de la souris.

Avis : Après une entrée en matière quelque peu désastreuse (voir mon avis sur le tome 1), Jenna Black revient avec The Devil you know, deuxième tome des aventures de Morgane Kingsley, l’exorciste et contre toute attente, il s’agit d’une agréable surprise. Les personnages sont enfin cohérents avec eux-mêmes sur plus de 350 pages et l’intrigue est bien mieux rythmée que dans le premier opus. Un certain nombre de bombes sont lâchées de manière plutôt judicieuse et tiennent vraiment en haleine. Autant dire que ceux qui ont adoré le premier vont être gaga du deuxième.

 

Bien que le style de l’auteur reste correct sans plus, elle a corrigé un certain nombre de tics de langage de son héroïne (quoique je soupçonne toujours aussi fortement la traduction française d’être en partie responsable de cette impression) et en profite pour en créer de nouveaux notamment cette habitude que prend Morgane de s’étonner que les gens fassent quelque chose plutôt qu’une autre et de formuler cette surprise toujours de la même manière. Pourtant elle semble avoir grandi entre le tome 1 et le tome 2 : elle arrête de se qualifier de garce et d’idiote tout le temps et se montre plus ouverte quant à ses fantasmes inavoués même si tout ça la fait systématiquement rougir comme une pivoine. Pour le coup, elle en devient enfin attachante. Reste à savoir où l’auteur compte nous mener avec ses fantaisies homo-érotiques parce que là je ne suis pas loin d’imaginer une scène d’orgie avec Brian, Adam et Dominic en invités vu comme c’est parti (Anita !! Sors de ce corps !!). Il faut dire qu’avec « le départ » de la copine Val et l’absence de la démone proprio du club SM, Morgane se retrouve un peu être la seule femme au milieu d’une horde de mâles beaux comme des dieux qui lui portent tous un certain intérêt chacun à leur façon. Difficile de ne pas imaginer des choses. Et c’est sans compter sur Lugh, le démon intérieur, qui n’hésite pas à la travailler au corps lui aussi.

 

Malgré les remarques précédentes, le sexe est cependant beaucoup moins prépondérant qu’il n’y parait dans ce tome et laisse place à un peu plus de psychologie. A plusieurs reprises, Morgane est confrontée à Lugh et enfin on s’attarde vraiment sur les tenants et aboutissants de cette cohabitation forcée. Leur relation s’approfondit au fur et à mesure qu’elle découvre les secrets du monde des démons et elle sait que, faute de mieux, il faudra apprendre à apprivoiser la bête ce qui la rend au passage définitivement moins passive dans l’aventure. Ceci étant valable aussi pour ce qui se passe à l’extérieur. Ce terrible secret familial que je ne dévoilerai pas ici la place au centre de l’action et cette fois impossible de se reposer entièrement sur Adam. Elle doit prendre sur elle et mener l’enquête pour reconstituer le puzzle de son passé qui n’est pas sans la rapprocher encore un peu plus des démons qu’elle déteste tant. Der Jäger (le chasseur) qui est à sa poursuite est un ennemi pas piqué des hannetons lui aussi et joue particulièrement bien son rôle. On en redemanderait presque des comme ça, même si l’héroïne ne sera pas forcément d’accord :°) Tout ça contribue vraiment à donner un tome bien équilibré entre sensualité, réflexion et action avec cependant un petit reproche parce que je ne peux pas m’en empêcher. A la fin de ma lecture, tout le monde (comprendre les personnages récurrents) m’est apparu comme sympathique, y compris Adam ET Raphael (qui est un méchant un peu ambigu mais tout de même) et quelque part ça me gène, allez savoir pourquoi. A suivre.