Avis : A Girl’s Guide to Vampires

A Girl's Guide to VampiresRésumé : Joy (l’héroïne) et Roxy (la meilleure amie de toujours) sont toutes deux à la recherche du grand Amour. Quand Miranda, la copine un peu sorcière, fait des incantations et leur prédit qu’elles ne devraient pas tarder à rencontrer enfin l’homme de leur vie, elles en trépignent de joie. Leur futur séjour en République Tchèque qui doit les mener sur les traces de leur auteur de romances vampiriques favori n’en sera que doublement plus excitant. Mais que feront-elles une fois confrontées à une véritable vampire qui lui aussi est à la recherche de sa chère et tendre et prêt à tout pour la garder ?

 

Avis : Pour tout dire, j’ai acheté ce livre après avoir lu quelques avis positifs sur la série des Dark Ones et parce que le titre était marrant sans parler que l’objet en lui-même est fort joli. Mais si j’aurais su, j’aurais pas lu. Car il s’agit bien ici de pure romance avec érotisme à accélérer le réchauffement planétaire et tous les clichés qui vont avec le genre : héroïne de caractère qui n’a pas la langue dans sa poche, marrante, sexy malgré sa grande taille et ses rondeurs auxquelles elle fait référence régulièrement, fleur bleue mais chaudasse quand il faut, parfois un peu lente à la détente mais plutôt perspicace sur la fin et surtout crack boom hiiii tous les hommes en tombent à ses pieds. L’Homme lui est parfait bien-sûr, drôle, sûr de lui, romantique, protecteur, mystérieux et surtout sévèrement burné parce que c’est bien connu : il n’y a que ça qui compte pour une femme. Les scènes entre les deux étant aussi pleines de surprises que la mauvaise qualité du Beaujolais Nouveau chaque année. Après, c’est comme pour tout : y en a qui aiment. Puis ce n’est pas une lecture qui s’est avérée complétement barbante non plus. L’auteur a un style passe partout (surtout sur un quai de gare à vrai dire) mais a de l’humour, téléphoné certes mais efficace. Elle s’amuse à échafauder quelques fausses pistes plutôt bien ficelées qui, à moins d’être vraiment très très bon public, sèmeront toujours plus le doute dans l’esprit de l’héroïne que de la lectrice. Par contre, elle divertit déjà moins quand elle joue la carte de la répétition que ce soit les scènes de pseudo-crêpage de chignon avec la harpie de service que les scènes hot qui, comble du comble, font passer notre héros si parfait pour un éjaculateur précoce. Et je ne parle même pas des dialogues dans ces-dites scènes. Je ne sais pas s’il faut être une femme, une vraie !, pour apprécier mais Tortue me parle comme ça en me donnant du « Baby » et du « Woman » tous les 3 mots et je lui fais bouffer sa carapace. Mais passons.

 

L’idée initiale était quand même marrante. Faire en sorte que nos deux héroïnes basent toutes leurs recherches et leurs déductions sur une série de livres romantiques bourrés de clichés et ceci avec beaucoup d’enthousiasme surtout de la part de la parfois très agaçante Roxy était l’occasion rêvée pour l’auteur de faire un pied-de-nez au genre auquel elle appartient plus que définitivement. J’espère juste qu’elle n’essayait pas de vraiment sortir du lot en prenant ce parti parce que pour le coup, elle fait chou-blanc. L’intrigue en fond censée pimenter l’histoire avec l’ombre des meurtres qui planent et son dénouement est loin de tenir vraiment en haleine et ne suffit pas à donner une semblant d’intérêt à ce livre. Pas plus que les petits pouvoirs de l’héroïne au final sous-exploités. Et c’est sans parler de ce fameux vampire pas du tout à la hauteur des espérances. Mais il y a quand même cette scène qui, quand j’y repense, me fait sourire bêtement : il y a à un moment cette grande discussion entre Joy, Roxy, Raphaël et Christian où les filles se lancent dans la présentation des livres et de l’auteur qu’elles vénèrent. Les réactions des garçons y sont…intéressantes… surtout quand on apprend a posteriori qui est réellement qui :) Bref. Je crois que je ne suis quand même pas encore assez mûre pour me lancer dans la collection Harlequin ou pour lire la suite tout simplement même si encore une fois, ils sont bien jolis les suivants ^^; (L’auteur aime décidément les références cinématographiques).

 

Sex and the Single Vampire Sex, Lies and Vampires