Génération Manga de Jérôme Schmidt

Initialement publiée sur Cinemasie

Écrire un ouvrage pour présenter l’univers anime-manga à un large public tout en voulant lutter contre les idées reçues pour la modique somme de 2€ et tout ça en moins de 100 pages, l’intention était plutôt bonne. En plus, la préface signée Jean-Pierre Dionnet donnait bon espoir quant au contenu de ce court ouvrage. Au final, le livre serait certainement plus utile pour allumer un feu de cheminée qu’à lire. L’ouvrage est découpé en cinq grands chapitres commençant par un rapide historique du manga et de l’anime au pays du soleil levant, puis effectuant une exploration rapide des différents genres ainsi que leur arrivée en France pour s’attarder sur quelques auteurs et œuvres marquantes en fin de volume. Les trois premiers chapitres sont dans un certain sens les plus intéressants, en particulier pour les néophytes auxquels cet ouvrage semble plus destiné, puisqu’ils permettent d’avoir une meilleure perception de ce monde en revenant sur quelques idées reçues récurrentes. Ce survol dans les grandes lignes de l’histoire du manga et de l’animation n’est pas trop mal structuré mais laisse bien trop sur sa faim et ne nuance peut-être pas assez l’évolution du support papier d’une part et de la vidéo de l’autre. Certains passages présentent des faits de manières très pointues qui contrastent avec le reste du texte de façon assez curieuse.

Dans le résumé de 4ème de couverture, il est dit : « néophyte ou amateur averti, vous y trouverez des informations et des références utiles. » C’est dommage que l’auteur donne l’impression d’appartenir à la première catégorie. En effet, n’est pas membre de l’équipe rédactionnelle du hors série n°5 d’Animeland qui veut (d’ailleurs une ressortie en librairie sous forme de livre serait la bienvenue). Ici, il n’y a quasiment pas un résumé de série ou manga sans une boulette (faute dans les noms des auteurs, informations complètement farfelues, même certains chiffres donnés semblent sortis de nulle part) qui fait grincer des dents toute personne s’y connaissant un minimum (cf. les quelques perles à la fin de cet avis). Comment faire alors confiance à quelqu’un qui ne semble pas avoir pris le temps de lire lui-même les mangas ou de voir les séries dont il parle et dont la méconnaissance est assez manifeste ? De plus, le ton fleurant par moment avec une certaine forme de mépris laisse deviner qu’il ne fait pas parti de ce monde d’« otaku » dont il prétend pouvoir parler. On en vient à se demander comment cet ouvrage a pu atteindre les rayons des libraires et pourquoi des vérifications plus sérieuses n’ont pas été faites avant la publication. Trop tard, le mal est fait. Dommage également que l’aspect adulte de cette culture soit si peu abordé et que l’auteur s’attarde sur les œuvres uniquement pour adolescents. En restreignant son champ de vision, il en oublie de citer des auteurs dorénavant incontournables comme Naoki Urasawa ou Jirô Taniguchi tout en mettant son objectivité en doute en insistant un peu trop lourdement sur Junko Mizuno (pour rappel Jérôme Schmidt a effectué la traduction de Cinderalla pour IMHO). Un ouvrage décidément à ne surtout pas mettre entre toutes les mains.

En bonus, voici quelques perles qui se passent de commentaire :

  • « Adopté par un truand local qui l’initiera à la drogue, Nikky revient au pays pour nettoyer les rues de Tokyo et de ses environs, aidé d’une fidèle alliée, sa sœur Kaori. »
  • « Après le fameux studio Clamp et son esthétique rose qui a envahi le monde entier avec des séries aussi populaires que Card Captor Sakura ou Sailormoon, […] »
  • « Au cours des années 1970, Miyazaki va alors signer ses premiers grands succès, comme « Conan, le détective » (1978), […] »

2 thoughts on “Génération Manga de Jérôme Schmidt

Comments are closed.