Le Sel de la vie de Françoise Héritier

Avis chapitrés

Quatrième de couverture : « Il y a une forme de légèreté et de grâce dans le simple fait d’exister, au-delà des occupations, au-delà des sentiments forts, au-delà des engagements, et c’est de cela que j’ai voulu rendre compte. De ce petit plus qui nous est donné à tous : le sel de la vie. » F. H.

Avis : Ce livre n’est rien de plus qu’une liste. Une longue liste de près de 80 pages. Le nombre de virgules y surpasse largement le nombre de points, c’est dire si la liste s’étale de tout son long et que les items s’enchaînent les uns à la suite des autres. Dit comme ça, Le Sel de la vie pourrait être un ouvrage aussi passionnant que les logs Google d’Albertine Meunier édités au format papier. Sauf que c’est une liste qui a un sens plus profond qu’il n’y parait. Comme point de départ, il y a une intention : mettre dans la lumière tous ces petits riens qui font le charme d’une vie. Et, à la manière de L’Homme qui marche ou du Gourmet Solitaire de Jirô Taniguchi, cette liste possède le pouvoir évocateur des sensations de l’instant présent, comme pourrait les provoquer un haïku en trois lignes et quelques syllabes. […] faire un canard dans la tasse à café du voisin, racler à la cuillère la mousse sucrée au fond de la tasse, au sommet d’une côte voir le paysage qui s’ouvre comme une corolle, sentir la Terre tourner sous son corps en regardant les nuages, calculer le temps entre l’éclair et le tonnerre […] Et ainsi de suite. Chacun est en mesure d’y retrouver des choses vécues et ressenties, même si elles ont été mises de côté et oubliées ; le corps, lui, se souvient d’un coup des sensations, qu’il s’agisse d’un son, d’une odeur, d’une vision, d’un goût, de quelque chose de plus tactile, d’un sentiment particulier… ou d’un mélange de tout ça. Le procédé est simple et l’effet est au-delà des mots. Mieux encore, ce livre est une invitation à poursuivre la liste, mais à titre très personnel cette fois. Des moments petits, insignifiants, chacun en a plein dans une vie. Et c’est ce qui fait son sel et qui la rend si unique, qui nous rend si uniques. Il faut juste prendre le temps de contempler, de se souvenir et de vivre. Quelque part, dans cette liste, il y a une clé du bonheur, dans sa plus grande simplicité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *