27 mars 2015

Articles conseillés du 27-03-2015

Vivement qu’on en ait fini avec la série originale pour se refaire la version moderne !

C’est bien ce qu’on se dit à la maison aussi !


C’est avec pas mal d’appréhension que nous envisagions de révéler à tout le monde la nature de notre relation. Une sorte de coming-out à plusieurs, à la suite duquel chacun d’entre nous serait immanquablement étiqueté. L. serait la salope bigame, E. la briseuse de modèle traditionnel, moi le mari cocu.

Pire: nous savions qu’à terme, quel que soit notre choix de vie (un toit pour tout le monde ou deux domiciles dans le même quartier), nous serions catalogués comme des gens bizarres, déviants sexuels infligeant notre mode de vie dégueulasse à nos enfants.

Ça ira mieux dans une génération ou deux…

Je suis plus Charles que Schnock, et je recommande.

Sympathique, cette infographie

Pas étonnant que certains gamins soient imbuvables

blogmarks.net

27 mars 2015

Saturday’s Award Book #15

Ce rendez-vous est initié par le blog Echos de mots.

Le principe : Chaque semaine, un thème sera donné. Le but est de sélectionner, parmi les livres que l’on a lus, 3 livres selon le thème (les nominés). Puis, parmi ces 3 livres, élire le gagnant (le vainqueur de l’Award en question).

Award du :

Livre-Que-J’ai-Dû-Abandonner-Et-C’est-Pas-Cool-Parce-Que-Je-Déteste-Ca-Mais-Décidément-Je-n’arrivais-Vraiment-Pas-A-Me-Mettre-Dedans-…-Pardon-Livre-…-Pardon-Auteur.

Note : Il s’agit du n°15, mais de ma première participation. C’est entièrement de la faute de Chani, qui publie en plus sa participation n’importe quand (!!!) et je fais pareil pour me mettre dans le bain.


Sont nominés :
possibiliteduneile
La Possibilité d’une île de Michel Houellebecq.
Que j’espère toujours finir un jour, mais vraiment vraiment, je déteste son style et ce qu’il raconte ne m’intéresse pas, j’ai envie de lui donner un coup de pied aux fesses. C’est dommage, parce que les éléments de SF sont sympa, mais tellement noyés dans la masse.
masoch
Présentation de Sacher-Masoch : le froid et le cruel de Gilles Deleuze.
J’ai tenu la moitié en me grattant la tête et j’avoue avoir encore du mal à comprendre ce que j’ai lu jusqu’à présent. J’ai pourtant lu un peu de Sacher-Masoch, pas un Sade (qui, malgré le titre, est bel et bien présent dans cette analyse), et j’ai l’impression que Deleuze est tout simplement sur une autre planète. Trop psychanalytique pour moi en tout cas.
9782070105922
A peu près tous les Zola que j’ai tenté de lire, hormis Germinal que j’ai effectivement terminé. Tous les autres me sont tombés des mains. Alors, certes, ça remonte à l’époque du collège et, aujourd’hui, il est probable que je n’en aurais pas le même niveau de lecture. Mais j’ai été tellement refroidie que la perspective d’en rouvrir un après tant d’années ne me tente même pas.

And the winner is…
possibiliteduneile
La Possibilité d’une île de Michel Houellebecq.
Pour le jour où j’aurai envie de me faire mal.