6 juin 2012

Avis : Le petit livre bleu – Analyse critique et politique de la société des Schtroumpfs d’Antoine Buéno

Nous sommes sans doute nombreux à n’avoir gardé qu’une vague trace en mémoire de notre première rencontre avec les Schtroumpfs. En ce qui me concerne, elle date de l’école primaire, seule époque où j’ai vraiment consommé beaucoup de bandes dessinées franco-belges. Depuis, je n’ai pas recroisé un seul petit homme bleu. Soit plus de 20 ans. Un ouvrage tel que ce Petit livre bleu nécessite forcément beaucoup d’exemples pour appuyer le propos et aurait rapidement pu devenir nébuleux. Antoine Buéno arrive au contraire à faire remonter à la surface des souvenirs très lointains et à ne jamais perdre le lecteur à chaque évocation d’un passage bien précis des aventures schtroumpfesques. Sa démonstration n’en devient alors que plus limpide au fil des pages.

Avant même sa sortie, le livre s’est retrouvé au centre d’une très vive polémique qui a pris des proportions hallucinantes (mais quel coup de pub !). La logique aurait pourtant voulu que les détracteurs de la première heure se fassent une opinion par eux-mêmes et lisent le livre avant toute chose. Avantage de la situation, ça donne tout de suite un argument facile pour les remettre à leur place. Lisez le livre, laissez les a priori à la porte et prenez le pour ce qu’il est : un exercice sérieux qui ne se prend pas au sérieux visant à cerner le schtroumpf de ses origines à son mode de fonctionnement politique et social en passant par ses caractéristiques biologiques. Point important à souligner, encadrer, stabiloter : si l’estimation de la taille d’un schtroumpf grâce à l’unité de mesure « pomme » ne vous fait pas exploser de rire (ou au minimum sourire mentalement), il est probable que vous n’avez pas le sens de l’humour et la distance requise pour apprécier le livre. Antoine Buéno maîtrise son sujet et n’a pas hésité à creuser encore plus loin pour apporter des réponses à tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les schtroumpfs sans jamais oser le demander. La démarche devient par la suite doublement instructive quand il rentre dans le vif du sujet et décortique cet univers en apparence innocent et met en avant les points précis qui en font un « archétype d’utopie totalitaire empreint de stalinisme et de nazisme » (sic). Vous ne maîtrisez pas tous les rouages de l’utopie, du totalitarisme, du stalinisme et/ou du nazisme ? Ce n’est pas grave, car, là aussi, l’auteur fait bien son boulot et rappelle à chaque fois que c’est nécessaire les clés de compréhension essentielles à retenir, et qui vont dans le sens de sa démonstration, naturellement.

Maintenant, faut-il avoir peur des Schtroumpfs ? Est-ce qu’il y a des raisons de craindre le pire pour nos enfants ? Pas plus aujourd’hui qu’hier. Un simple sondage démontrerait très probablement que les Schtroumpfs n’ont pas eu une once d’influence sur les choix politiques d’aujourd’hui des lecteurs qui ont été biberonnés à la salsepareille. Le regard d’un enfant reste le regard d’un enfant et, petite, j’ai toujours détesté Candy pour la seule et unique raison qu’elle avait des pieds anguleux qui laissaient des empreintes rectangulaires dans la neige. Par contre, à la lumière de cet ouvrage, il serait intéressant de relire les albums, ne serait-ce que pour retrouver tous les petits détails relevés par l’auteur qui passent facilement inaperçus quand l’attention est attirée ailleurs. Pour finir, je voudrais juste sortir un bout de phrase de la conclusion de son contexte : […] l’esprit critique peut et doit être exercé sur n’importe quel sujet […]. Ce qui vaut autant pour le présent livre que pour le reste, mais faut-il encore prendre le temps de le lire avant de critiquer.

Malgré un sous-titre qui peut faire peur, le Petit livre bleu est un ouvrage à la portée du plus grand nombre, très bien construit et judicieusement argumenté et, surtout, très ludique quand on apprécie ce type d’exercice. Il se révélera sans doute également très utile pour tester le second degré de votre entourage.

Note : Pour en savoir plus sur Antoine Buéno, sa vie, son œuvre, je vous recommande tout simplement de vous rendre sur son site. On y trouve notamment les mots : sciences-po, sénat, prospectiviste et Bogdanov.