Juste une remarque…

J’ai reçu cette semaine gratuitement un numéro de La Nouvelle République généreusement offert par l’Assurance Maladie car il y avait en bonus un « Passeport pour la santé ». Première chose qui me hérisse le poil : je ne vois pas de quel droit l’Assurance Maladie se permet d’utiliser mes données pour m’envoyer un « publi-reportage » maison. Mais je parcours rapidement le truc quand même passant sur les astuces santé pour maigrir (merci, je n’ai pas de problème de poids, ni à manger équilibré), les bienfaits du thym (ça fait longtemps que j’ai découvert la Tisane des 40 sous de chez Dammann Frères) et j’arrive sur le traditionnel article sur le diabète alors forcément je lis. Toujours les mêmes choses.
L’article se conclut sur ce paragraphe qui m’a interpellée.

Le médecin traitant peut prescrire un lecteur de glycémie pour les patients traités par médicaments ou pour ceux dont une amélioration du taux de glycémie est recherchée. Dans ces deux cas, le remboursement sera limité à 200 bandelettes par an.

J’avoue avoir du mal à savoir à qui s’adresse cette remarque… uniquement aux pré-diabètiques de type 2 ? Non, parce que moi c’est 240 contrôles glycémiques par mois soit 2880 bandelettes par an et je suis remboursée à 100%. J’ose espérer qu’un type 2 qui se prend en charge fait au moins 4 contrôles par jour soit 1460 bandelettes par an. Du coup, pourquoi appeler cet article « Le diabète en Loir et Cher » plutôt que « Je suis (pré-)diabètique de type 2, je n’y connais rien mais ça m’intéresse » ? Pour être honnête, il aurait fallu au minimum l’intituler : « Le diabète de type 2 en Loir et Cher ». Parce que c’est toujours la même chose. Type 2, type 2, type 2. De toute façon, il représente 87% des patients diabétiques du Loir et Cher alors les types 1 hin ! Ça m’insupporte au possible de systématiquement voir que les articles traitant de diabète sont en fait toujours sur les types 2. Certes le type 1 est connu depuis longtemps, notre prévalence reste fixe dans la population mais un petit point sur les avancées scientifiques et les nouveaux traitements ça ne ferait de mal à personne. Bref ça me fatigue d’être assimilée à l’autre type qui n’a pas grand chose à voir avec le mien (de la différence entre une mauvaise hygiène alimentaire et une maladie auto-immune). Mais forcement il y a moins de fric à se faire sur notre dos.

6 thoughts on “Juste une remarque…

  1. tout a fait d’accord avec toi dans le fait qu’un DID et un DNID ne sont pas du tout pareil, que ce soit au niveau de l’apparition de la pathologie, la pathologie en elle-même (même si il existent des similitudes) et la prise en charge. Et c’est anormal de ne pas se faire rembourser les bandelettes, un controle glycémique n’est pas quelque chose à prendre à la légère, il ferait mieux d’accés leur comunication là dessus et les rembourser à 100%. Les DID ont en parle moins comme le DNID est souvent liés à l’obésité et que c’est une pathologie qui est de plus e plus répendue (environ 40% de la population française est en surpoids ou obèse), mais je suis tout a fait d’accord avec toi qu’ils pourrait parler un peu plus des avancés scientifiques pour le DID et notammant améliorer au niveau de la qualité de vie car devoir s’injecter X nombres de dose d’insuline par jour, toujours se piquer, …. (et j’en passe) ils pourraient rendre « la vie » plus facile. Et parler de cette maladie sans « l’occulter » ce n’est pas une maladie « orpheline » même si elle touche un peu moins de 20% des diabétique c’est tout de même un pourcentage non négligable

  2. Voilà une bouilloire un peu en colère ! Tu sais ce que tu devrais faire, être correspondante locale (comme je le fus naguère !!) et pondre un bel article instructif et sérieux, voilà !

  3. Dans la mesure où ils utilisent sans ton avale tes coordonnées et que leur article donne dans la mauvaise information, voir désinformation, tu devrais leur envoyer ta réponse ! ça ne changera peut-être pas grand-chose, mais si tout le monde faisait comme toi, peut-être bien que si !

  4. Enfin je te rassure (quelque peu) en te disant que ce n’est pas que par chez toi que ce type de diabète est mal-connu, du moins pour le grand public qui n’est pas confronté au cas.
    J’avoue que quand j’ai apprise que tu étais diabétique, j’ai fait des recherches pour essayer de comprendre car je ne connaissais que le diabète de la personne qui mange n’importe et bam ça dérape.

    Je pense que c’est à un niveau plus national qu’il faudrait en parler et expliquer mieux aux gens.

    C’était ma minute propagande…

  5. @Marie-Charlotte : Niveau injection, je ne vais pas me plaindre (d’ailleurs je me plains rarement de mon diabète), je suis sous pompe qui est déjà une merveilleuse avancée technologique. Mais voilà c’est un traitement qui coûte très cher à la Secu et je ne voudrais pas qu’un jour ils aient dans l’idée de réduire cette prise en charge à 100% pour raison économique. Déjà que l’histoire de la franchise est une forme de déremboursement que je trouve inadmissible pour une maladie que je ne pouvais pas éviter d’avoir. Ça n’est pas parce que je vais payer 50 cents par boîte de « médicaments » que ça va me motiver à moins en consommer. Je n’ai de toute façon pas le choix.

    @Lalou : J’ai la flemme de me tenir au courant personnellement (vu que justement mon traitement est idéal et que tout se passe bien), c’est pour ça que je voudrais bien qu’on le fasse pour moi. En général, c’est d’ailleurs ma diabéto qui m’en touche deux mots quand je la vois.

    @Mrs Symphonia : Damien me suggère de vérifier que toute la rue ne l’a pas reçu aussi.

    @Némésis : Si tu as d’autres questions, tu sais où me trouver ;)

Comments are closed.