Vampire Diaries et Glee

Rentrée des séries oblige, je commence à tester les nouveautés.

vampire diaries Vampire Diaries (CW). Résumé : Elena, 17 ans, et Jeremy, 15 ont perdu leurs parents dans un accident de voiture 4 mois plus tôt. Ils vivent maintenant chez leur tante et font de leur mieux pour retrouver pied dans cette nouvelle vie. A la rentrée scolaire, un nouvel élève, le beau et mystérieux Stefan, fait son apparition et semble beaucoup s’intéresser à Elena avec qui il partage déjà un point commun : tous deux tiennent à jour un journal intime. C’est aussi à ce moment que les gens commencent à disparaitre ou à être attaqués sauvagement par un animal aux dents pointues.

Avis : Il s’agit de l’adaptation d’une série de livres du même nom destinée aux ado de L.J. Smith ; adaption aux manettes de laquelle on retrouve justement un spécialiste de l’ado en la personne de Kevin Williamson… créateur de Dawson. Inutile de préciser qu’en cette période très favorable aux vampires et surtout en pleine folie Twilight, il s’agit d’opportunisme pur et dur mais les chaines de TV auraient tort de passer à côté du phénomène. Je ne connaissais pas du tout les livres (contrairement à True Blood) donc j’ai pu me laisser porter par le pilote sans me poser de questions sur la qualité de l’adaptation. Ça n’est pas que j’y allais à reculons mais honnêtement je n’en attendais pas des masses. La promo a battu son plein cet été et donnait vraiment l’impression d’une série marketée pour le public twilightien. Et oh surprise, ça commence plutôt pas mal. La petite ville de Virginie n’est pas sans rappeler Forks avec son humidité et sa forêt. La jeunesse reste la jeunesse mais la série prend le temps de donner une vraie place aux seconds rôles. Notre héroïne n’est pas une nouvelle arrivée dans la ville mais est déjà bien intégrée. Ses soucis ce sont la mort de ses parents et les problèmes de drogues de son frère. Même si je ne suis pas une fan absolue de l’actrice choisie, elle me sort moins par les trous de nez que Stewart et elle fait très bien la jeune fille en fleur qui rougit. Face à elle, le ténébreux vampire que je ne trouve ni beau ni séduisant et dont on ne découvre le visage qu’au bout de 9 minutes. J’aime bien le traitement à l’écran du personnage avec l’ombre du mystère qui plane autour de lui dans ce premier épisode (même si on n’y croit pas une seconde et que les ficelles sont grosses comme mon bras, ça a le mérite d’avoir été soigné quand même). Par contre que notre vampire préfère les écureuils aux humains me rappelle vaguement celui-dont-on-ne-cite-pas-le-nom mais encore une fois il s’agit du contexte actuel qui veut que je fasse ce rapprochement (Le lire Vampire Diaries date de 91, je dis juste ça comme ça).
Finalement Ian Somerhalder semble avoir hérité du rôle le plus intéressant pour le moment. Le frère méchant qui chasse la jeune donzelle en quête d’amour pour mieux lui siphonner la jugulaire, je suis fan. Bilan plutôt positif pour ce premier épisode à la réalisation aux petits oignons qui atteint sa cible en plein centre et qui m’intrigue suffisamment pour que je continue à regarder la semaine prochaine.

 

GLEEGlee (FOX) Résumé : Glee c’est le nom du club de chant du lycée. Un club qui a connu son heure de gloire en son temps et qu’un ancien membre aujourd’hui prof essaye de faire revivre par la force de la passion.
Avis : Malgré le bruit, j’avais snobbé le pilote diffusé en mai dernier pour cause de déjà trop de séries en cours… et finalement j’ai bien fait d’attendre parce que le pilote est tellement réussi que je me suis jeté sur le deuxième épisode diffusé cette semaine dans la foulée. Glee est ce qu’aurait pu être High School Musical si le créateur de Nip/Tuck y avait planté son scalpel… Ce qui est le cas. Derrière Glee se cache donc Ryan Murphy qui après le flop de Pretty/Handsome revient avec une série façon comédie musicale en milieu scolaire mais comme on pouvait s’y attendre tout n’est pas rose et surtout pas blanc virginal. C’est une comédie cruelle qui se savoure comme un chocolat fourré à l’alcool. Deuxième effet kiss-kool garanti. C’est assez riche pour que je ne sache pas vraiment par où commencer. Par la première scène peut-être avec le club des cheerleaders (Cheerios) qui s’entraine à faire des trucs pas possibles et leur tortionnaire d’entraineur (Jane Lynch) qui leur dit : You think this is hard ? Try being waterboarded ! Elle déjà je l’adore. Ensuite les passages chantés sont extras, ils mettent la pêche, ils sont bien intégrés et les acteurs sont aussi chanteurs à la base ce qui aide. Côté personnage, pas de simple couche malgré un aspect stéréotypé. Notre professeur veut vivre sa passion mais est marié avec quelqu’un avec qui la communication n’est plus au beau fixe. Le quarterback après s’être fait blackmailé par le prof sus-cité pour intégrer le chorale, doit faire le point sur ce qu’il est et l’image qu’il donne. La petite brunette a l’air d’une sainte mais a beaucoup d’ambition. L’histoire en règle générale peut paraitre joyeuse à cause des chansons mais le ton est définitivement cynique et tout le monde en prend pour son grade. C’est sans doute ça qui m’a le plus séduite et j’espère que la série saura garder cet esprit par la suite parce qu’au bout de 2 épisodes je suis déjà fan. (Vivement que les CD de la BO sortent)

3 thoughts on “Vampire Diaries et Glee

Comments are closed.