Les taxis

Shanghaï

On râle souvent contre les conducteurs parisiens qui font n’importe quoi et aussi contre les piétons qui traversent n’importe où. Et bien, ça n’est rien comparé à ici. A peine montés dans le taxi à l’aéroport, on s’est très vite rendu compte que le code de la route n’était pas le livre de chevet de tout chauffeur de taxi qui se respecte. Ça roule vite, ça roule très près des autres voitures, ça double par la droite et ça déboîte sans prévenir. Autant dire que les chauffeurs ont les réflexes bien huilés. Le pire c’est qu’on ne se sent pas particulièrement en danger parce qu’ils gèrent vraiment bien les évènements autour d’eux. Chose que j’ai remarquée assez vite, c’est qu’il y a peu de voitures cabossées ici alors que quasiment toutes les voitures parisiennes ont un creux ou une bosse. Notre guide nous a d’ailleurs dit que les habitants prenaient particulièrement soin de leur voiture et qu’il y faisait très attention même quand ils roulent n’importe comment. Raison de plus pour se sentir en sécurité dans un taxi. Ah oui j’oubliais, la ceinture de sécurité est encore assez facultative. Pas encore vu d’accident, pourtant je surveille régulièrement la 2 fois 4 voix que l’on voit de la fenêtre de l’appart.

Le taxi reste cependant le moyen le plus simple et pas très cher pour aller d’un point à un autre sans se casser la tête à jongler entre bus (casse-tête justement) et métro (3 lignes seulement). Il existe différentes compagnies de taxis mais on n’a pas vraiment commencé d’étude comparative pour savoir qui est mieux que qui. On nous a tout de même signalé que les taxis bleu turquoise (Dazhong) était la meilleure compagnie. Pour ce qui est du prix de la course. Il y a une base incompressible de 10 RMB qui permet de faire au moins 1 km (je crois mais je peux me tromper). Ensuite, on rajoute 2 RMB par kilomètre (puis 3 RMB au-delà de 10 km). Il y a aussi une partie du compteur qui indique le temps passé à l’arrêt au feux rouge ou à un stop. Aucune idée de son utilité précise pour le moment mais ça à l’air de jouer sur le prix de la course si on en a trop. Mieux ça roule, mieux c’est donc. A partir de 23h, la base passe à 13 RMB (et les km supplémentaires sont majorés de 30%). Toujours faire bien attention à ce que le chauffeur enclenche le compteur.

Pour faire comprendre sa destination au chauffeur quand on ne parle pas chinois ou que non décidément il ne veut pas comprendre votre accent, il suffit de montrer l’adresse écrite à l’avance sur un bout de papier ou de penser à prendre la carte des resto/hôtel/autres par lesquels on passe s’ils en ont une. Autre solution, montrer sur le plan de la ville où on veut aller. C’est la méthode qu’il nous faut utiliser pour rentrer chez nous, la rue étant apparemment assez méconnue de la plupart des chauffeurs. Dans notre cas, il faut même surveiller un peu dans quelle direction part le chauffeur, il leur est arrivé de se tromper. Il arrive que le chauffeur essaye d’engager la conversation ou vous informe sur le trajet qu’il va prendre ou vous pose une question. Bien sûr nous on comprend jamais donc on commence à parler à anglais et là les réactions peuvent être un geste qui veut sans doute dire tant pis, une grand éclat de rire qui met tout de suite tout le monde à l’aise même si on se comprend pas ou alors le gars continue à parler tout seul…

Un dernier détail sur les taxis. Ce sont quasiment tous des Volkswagen modèle Santana 2000. Oui mais pourquoi ? La réponse est sur le site de la Chambre de Commerce et de l’Industrie Française en Chine qui indique dans une de ses newsletters que l’usine qui fabrique les Santana est à Shanghaï. Le nombre actuel de taxi dans Shanghaï serait d’environ 43000 (sources : Frommer’s).

PS : J’ai oublié de préciser qu’au terme de chaque course, le chauffeur doit vous remettre un ticket sur lequel est indiqué la compagnie, le numéro du chauffeur, les détails de la course. Apparemment les gens oublient tout le temps des trucs dans le taxi (téléphone, sac, tête (comme dirait Tortue)…). On ne sait pas comment on peut oublier tant de chose dans un taxi mais le ticket vous permettra éventuellement de retrouver les-dites choses.